Lenovo boucle vraiment l’opération Motorola Mobility

OpérateursRégulationsRéseaux
motorola-mobility-lenovo

Lenovo a bouclé le rachat de Motorola Mobility auprès de Google. Quelles perspectives pour la firme chinoise sur le marché de la téléphonie mobile ?

Lenovo a annoncé, ce jeudi 30 octobre, avoir bouclé le rachat de Motorola Mobility auprès de Google, pour 2,91 milliards de dollars, avec l’aval des autorités de régulation américaines, chinoises, européennes, brésiliennes et mexicaines.

Le CFIUS (“Committee on Foreign Investment in the United States”), chargé d’analyser les acquisitions d’entreprises américaines par des compagnies étrangères, a également donné son feu vert pour cette opération que les deux groupes avaient officialisée en date du 29 janvier 2014. La transaction inclut un paiement de 660 millions de dollars en numéraire, un transfert d’actions à hauteur de 750 millions de dollars (4,7 % du capital de Lenovo) et 1,5 milliard sous la forme d’un billet à ordre d’une échéance de trois ans.

Motorola Mobility exercera en tant que filiale avec son effectif de quelque 3500 employés, dont 2800 basés aux Etats-Unis. L’actuel président et COO Rick Osterloh conservera ses fonctions. Le siège social restera pour sa part implanté à Chicago. Quant à la marque, elle devrait continuer à faire l’objet d’une exploitation par Lenovo.

Motorola Mobility conservera aussi la propriété sur environ 2000 brevets et autres éléments de propriété intellectuelle. Le reste échoira à Google et sera exploité via des accords de licences. Une issue qui permet au groupe Internet de se concentrer sur l’écosystème et l’innovation associés à Android… tout en conservant un actif précieux dans un contexte de forte concurrence entre OS mobiles.

Interrogé quant à ce transfert, Larry Page conserve la même ligne de discours qu’en début d’année : “Motorola sera mieux exploité par Lenovo, qui monte dans le business des smartphones comme il l’a fait sur le marché de la fabrication des PC“. La firme high-tech chinoise cherche effectivement à diversifier son offre pour élargir son influence sur la gamme des terminaux IT.

Leader sur le segment du PC avec environ 20 % de part de marché au dernier pointage de Gartner, elle a encore du chemin à faire sur le front des tablettes : 4,9 % des ventes au 2e trimestre 2014, avec 2,4 millions d’unités écoulées selon IDC, c’est-à-dire la troisième place au palmarès des constructeurs, derrière Apple et Samsung.

La diversification se fait aussi dans le data center à travers l’acquisition – annoncée en début d’année – de la division gérant les serveurs x86 d’entrée de gamme chez IBM. Sur le volet mobilité, Lenovo nourrit des perspectives de conquêtes à l’international, mais réalise encore l’essentiel de ses ventes en Chine. Une filiale “services et terminaux connectés” sera d’ailleurs inaugurée sur place le 1er avril 2015. L’activité de cette entité se limitera au marché chinois, uniquement via le canal Web. Ses statuts légaux, ses sources de financement, son organigramme et sa feuille de route seront précisés “dans les prochains mois”.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : saurez-vous décrypter le langage technico-marketing des smartphones et des tablettes ?

Crédit photo : Motorola


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur