Lenovo piraté : l’effet Superfish ?

CyberDéfenseRisquesSécurité
lenovo-pirate-superfish

Le site commercial de Lenovo a été visé par une attaque informatique ce mercredi. Lizard Squad revendique ce hack probablement lié à l’affaire Superfish.

Il était environ 22 heures ce mercredi à Paris quand les premiers symptômes sont apparus sur le site commercial de Lenovo : au lieu de présenter les dernières nouveautés au catalogue du groupe high-tech chinois, la page d’accueil montrait un diaporama d’adolescents visiblement révoltés face à leur webcam, avec en guide de fond sonore la chanson «Breaking Free», issue du film High School Musical et que l’on peut traduire par «Se Libérer».

Un quart d’heure plus tard, la situation était revenue à la normale, excepté quelque problèmes de rendu HTML et la chanson qui tournait toujours en fond. Il a fallu une dizaine de minutes supplémentaires pour que le cache soit totalement purgé, d’après The Verge. Le site a toutefois été inaccessible à plusieurs reprises au cours de la nuit, officiellement pour cause de maintenance.

D’après Lenovo, l’attaque portait sur le système DNS, qui fait notamment le lien entre les adresses IP des serveurs et les noms de domaines. CloudFlare (fournisseur de services de diffusion de contenus) a confirmé ces observations : les pirates sont parvenus à transférer le nom de domaine lenovo.com pour qu’il pointe vers un serveur contrôlé par leurs soins. Ils n’ont vraisemblablement pas infiltré le réseau interne de leur victime, ce qui exclurait tout vol de données.

lenovo-avant-apres
Cet avant-après a été publié sur Twitter par Jonathan Zdziarski, médecin légiste passionné par la cybersécurité.

 

Le collectif Lizard Squad a revendiqué les méfaits sur son compte Twitter, en publiant notamment une citation tirée de High School Musical : «On se libère ! On s’envole, il n’y a pas d’étoile qu’on ne puisse atteindre au firmament !».

lizard-squad-break-free

Un autre indice confirmant l’implication probable de Lizard Squad dans cette affaire se trouvait au sein du code source de la page d’accueil piratée. Y étaient mentionnés les noms de Ryan King et Rory Andrew Godfrey, publiquement identifiés comme membres de Lizard Squad (voir la contribution de Krebs On Security à ce sujet).

Lizard Squad a également posté une capture d’écran d’un e-mail entre employés de Lenovo. Il y est question d’un ordinateur Yoga II 11,6 pouces qui ne redémarre plus après avoir retiré Superfish, ce logiciel publicitaire qui a causé un tollé la semaine passée, poussant Lenovo a faire son mea culpa.

Surveillant le trafic Web pour faire remonter des recommandations produits, Superfish est gênant de par sa nature même… mais il expose surtout les machines sur lesquelles il est installé à des attaques de type «Man-in-the-Middle»… et donc au vol de données personnelles. Un constat qui a visiblement déplu à Lizard Squad.

Ce collectif de hackers s’était déjà distingué en participant à des attaques par déni de service distribué (DDoS) qui ont mis hors-service les écosystèmes en ligne liés aux consoles de jeux Sony PlayStation et Microsoft Xbox. Il a plus récemment (fin janvier) laissé suggérer de son implication dans la panne mondiale rencontrée par Facebook. Le réseau social a finalement démenti toute attaque, imputant les dysfonctionnements à «un changement de configuration qui [avait] mal tourné».

Crédit photo : scyther5 – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur