Les abonnés Wanadoo en accès restreint sur les sites gouvernementaux américains

Mobilité

Les clients de Wanadoo ne peuvent pas accéder à certains sites publics des Etats-Unis, comme celui dédié au vote à distance des ressortissants américains pour l’élection présidentielle.

Les abonnés de Wanadoo France sont interdits de visite du site Fvap.gov (Federal Voting Assistance Program ), un service d’assistance au vote par correspondance pour les ressortissants américains. Selon l’International Herald Tribune (IHT), qui révèle l’information dans son édition du 20 septembre 2004, le gouvernement américain aurait bloqué l’accès des abonnés de Wanadoo pour des raisons de sécurité. “Wanadoo France a vu son accès bloqué aux sites web gouvernementaux à cause des attaques constantes que tentent les utilisateurs de Wanadoo”, confirme par e-mail Susan Leader, webmestre du site Fvap.gov, en réponse à un utilisateur qui se plaignait – des échanges rapportés par l’IHT.

Wanadoo n’est pas le seul fournisseur d’accès Internet (FAI) victime de cette pratique pour le moins ambiguë. Yahoo Broadband au Japan, BT Yahoo Broadband en Grande-Bretagne ou encore Telefónica en Espagne connaîtraient le même sort. Au total, les principaux FAI de 25 pays dans le monde subiraient la politique restrictive du gouvernement américain. L’incident handicape surtout les ressortissants américains qui s’appuient notamment sur le site Fvap.org pour télécharger un bulletin de vote à distance en vue de l’élection présidentielle américaine du 2 novembre 2004.

“Quelques abonnés” pénalisés“Ce sont seulement quelques abonnés qui n’ont pas accès aux sites gouvernementaux et militaires [.gov et .mil, NDLR]”, relativise un porte-parole de Wanadoo sans pour autant communiquer de chiffres. Le FAI déclare ignorer l’origine de cette décision qui a été prise il y a près de deux ans. Même d’un point de vue technique, il reste des interrogations : comment les instances américaines gèrent-elles les interdictions sur des adresses IP par défaut dynamiques (un même abonné n’a pas toujours la même adresse Internet lorsqu’il se connecte au réseau) ? “Nous avons alerté le CERT [établissement chargé de la sécurité en ligne des Etats-Unis, NDLR] il y a 18 mois, nous attendons encore la réponse”, annonce le porte-parole. Pour Wanadoo, l’affaire demeure “assez étrange”.

Plus que des tentatives d’attaques en ligne, le porte-parole du FAI évoque, sans certitude, des envois, maîtrisés ou non, de spams ou de virus de la part d’abonnés. Ce qui expliquerait la politique de mise sur liste noire des internautes. Mais il refuse d’y voir une quelconque conspiration. L’affaire est “assez ennuyeuse et anormale mais nous ne nous considérons pas comme victime d’un complot. En tout cas, pas de quoi en faire une affaire diplomatique”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur