Les alliés de Napster fleurissent

Mobilité

Alors que les ventes de CD aux Etats-Unis atteignent des records, Napster voit sa cause défendue par un nombre croissant d’associations regroupant de grands noms tels Sony, Yahoo ou AOL, et Intel qui se lance dans le peer-to-peer.

Alors que Napster était censé entraîner la mort de l’industrie du disque, les ventes n’auront jamais atteint les volumes réalisés au premier semestre de cette année. Les chiffres de la RIAA (Recording industry association of America), celle-là même qui est à l’origine de la plainte contre le logiciel de partage de fichiers MP3, sont sans appel : 420 millions de disques compacts vendus lors des 6 premiers mois de cette année, ce qui représente 6 % de plus que pour la même période en 1999.

Mais ce n’est pas pour cette raison que des acteurs majeurs d’Internet et des nouvelles technologies se rallient à la cause de Napster. On peut estimer que leur soutien est motivé par la crainte de voir le juge en charge du dossier prendre une décision qui nuirait au peer-to-peer, terme qui désigne le partage de contenu entre particuliers. De Gnutella à Scour en passant par les logiciels de messagerie instantanée, le peer-to-peer est devenu, plus qu’une tendance, un véritable enjeu économique.

Témoin Intel, qui annonçait, lors du récent forum de ses développeurs, la formation d’un “Peer-to-peer working group”, un groupe de travail pour encourager l’adoption de standards et de protocoles pour le peer-to-peer, en particulier dans l’environnement des entreprises. Ce n’est pas un hasard si le chief technology officer de l’architecture group de la firme de Santa-Clara déclarait que “Napster et ses équivalents vont transformer l’Internet aussi profondément que le premier navigateur Web”.

La nouveauté est bien sûr l’arrivée d’associations comme la Dima (Digital media association), la NetCoalition ou encore la CEA (Consumer electronic association) dans le camp de Napster. En effet, si ces associations précisent que tous leurs membres ne partagent pas forcément leur point de vue, il est tout de même significatif qu’elles se sentent menacées par un verdict qui serait favorable à la RIAA. Parmi les grands noms des membres de ces associations, citons Yahoo, AOL, Amazon, AT&T ou encore Sony qui vient de démentir les propos d’un de ses dirigeants. Ce dernier annonçait que Sony ferait tout pour bloquer Napster en cas de non-condamnation par la justice. Napster sera-t-il sauvé par les grandes multinationales ? Nous en saurons plus lors des prochaines audiences, qui, on vient de l’apprendre, auront lieu durant la première semaine d’octobre. En attendant, les téléchargements continuent.

Pour en savoir plus  :

* Napster

* La Digital media association

* La NetCoalition

* La Consumer electronic association


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur