Les appels vers les mobiles vont baisser, le prix des SMS aussi

Mobilité

L’Arcep impose aux opérateurs mobiles français une réduction des tarifs de
gros de la terminaison d’appel et des SMS.

Dans le prolongement de ses décisions précédentes sur les tarifs de terminaison d’appel mobile en métropole, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) propose de poursuivre la baisse des prix de gros. Elle vient de fixer les niveaux de terminaison d’appel (TA) des trois opérateurs mobiles pour 2007. En l’état actuel, il s’agit d’un projet de décision mis en consultation publique et notifié à la Commission européenne.

En vertu des pouvoirs conférés à l’Arcep pour définir les tarifs de gros au niveau de la TA mobile, l’organisme de régulation du secteur des télécoms impose un prix moyen de la terminaison d’appel fixé à 7,5 centimes d’euro par minute pour Orange France et SFR et à 9,24 centimes d’euro par minute pour Bouygues Télécom.

Depuis trois ans, l’Arcep supervise une baisse progressive du prix moyen de terminaison d’appel mobile, ce qui représente une baisse de 50% sur trois ans. Un effort qui a des retombées positives sur les tarifs de communication mobile pour le grand public. La nouvelle étape annoncée par l’Arcep devrait accentuer la baisse des prix. Seul élément avancé par le régulateur des télécoms : cette nouvelle tranche de réduction sur les prix de gros devrait aboutir à une baisse de 12% pour les appels d’un poste fixe vers un mobile. Ce qui représenterait une économie de 200 millions d’euros pour les consommateurs.

L’Arcep va encadrer le marché des SMS

A contrario, cette perspective n’est guère réjouissante pour les opérateurs mobiles, qui doivent être également faire de sérieuses concessions sur le prix des SMS. Il y a dix jours, la Commission européenne a approuvé la démarche de l’Arcep visant à réguler les prix pratiqués par les opérateurs mobiles pour la réception des SMS. C’est une première en Europe en ce qui concerne les messages courts reçus sur les téléphones mobiles.

Selon Viviane Reding, commissaire à la Société de l’Information et aux Médias, “l’Arcep a démontré de manière convaincante dans son analyse de marché l’existence d’un monopole de la terminaison d’appel SMS sur les réseaux de téléphonie mobile en France.” Les prix facturés sur ce marché de gros (?) sont plusieurs fois supérieurs aux coûts supportés par les opérateurs”, dénonce-t-elle.

Fort de l’appui de Bruxelles, l’Arcep a décidé d’imposer un prix plafond de 3 centimes d’euro par SMS pour Orange et SFR, les plus gros opérateurs, et de 3,5 centimes d’euro pour Bouygues Télécom. Ce qui correspond à une baisse de 18 à 30% des prix pratiqués actuellement. L’année dernière, presque 13 milliards de SMS ont été échangés en France. Un business qui a rapporté près d’un milliard d’euros aux trois opérateurs nationaux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur