Les applications en ligne à la demande : un marché de presqu’un milliard d’euros

Cloud

Selon Markess International, ce marché devrait connaître une croissance
annuelle moyenne de 24% entre 2006 et 2008.

Markess International, société d’études et de conseil spécialisée dans l’analyse des technologies de l’information, vient de publier une étude baptisée “Applications en ligne à la demande : pratiques des entreprises et bénéfices, prestataires et marché ? France, 2006-2008”.

Principal enseignement : le cabinet observe une demande plus soutenue des applications en ligne à la demande de la part des ressources humaines et de la vente, du marketing et de la relation client (CRM), avec respectivement 29% et 24% des 200 entreprises interrogées les mettant en avant. Dans les RH, il s’agit d’applications de télédéclarations sociales, de gestion de la paie et de publication d’offres d’emploi. Du côté de la vente, du marketing et de la relation client (CRM), les applications en ligne à la demande sont utilisées pour le reporting, l’analyse des ventes, la gestion des comptes clients et la diffusion d’e-mailing.

Fin 2006, les 200 entreprises interrogées utilisant déjà des applications en ligne à la demande indiquent avoir fait le choix de ces solutions pour optimiser leurs systèmes d’information, réaliser des économies, mieux répondre à des enjeux de réactivité/flexibilité et de dispersion géographique. D’autres bénéfices sont également avancés, comme la réponse à des besoins en ressources informatiques limitées ou la possibilité d’étaler le budget de fonctionnement dans le temps.

Markess International a évalué que le marché des applications en ligne à la demande représentait 960 millions d’euros en 2006, soit plus de 7% de l’ensemble du marché français des logiciels et progiciels. Sur la période 2006-2008, le marché devrait connaître une croissance annuelle moyenne de 24% pour atteindre 1,4 milliard d’euros, estime Markess International.

Les acteurs du marché des logiciels et services IT expriment donc une intérêt croissant pour ces applications qu’il s’agisse des acteurs originels comme les ASPs (Application Service Providers), des éditeurs promoteurs du SaaS (Software as a Service) ou encore des hébergeurs, opérateurs de services, infogéreurs, opérateurs de télécommunications, etc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur