Les batteries du futur seraient aussi fines qu’un cheveu

Mobilité
Batterie

Des chercheurs ont conçu une batterie dont le diamètre avoisine les 50 microns, soit l’équivalent d’un cheveu. Ce dispositif destiné aux nanotechnologies développe une puissance satisfaisante mais manque encore d’endurance.

L’été texan porte conseil. Des chercheurs de l’université américaine de Rice (Texas) ont mis au point un prototype d’accumulateur au lithium-ion qui a la particularité de mesurer le diamètre d’un cheveu, tout en fournissant autant d’énergie que des batteries traditionnelles.

De la bactérie à la batterie, il y a un monde. Certes, l’homonymie est quasi parfaite, mais l’échelle des gabarits dissuade d’établir tout rapport entre les deux termes.

Sauf quand des chercheurs parviennent à produire un accumulateur microscopique intégrant tous les composants nécessaires à un fonctionnement optimal. Un petit pas pour l’homme, mais un saut de géant pour le monde des nanotechnologies.

Ce nouveau concentré d’énergie se rapproche d’un super-condensateur. Il se compose de plusieurs milliers de microfilms d’une épaisseur de l’ordre de 150 nanomètres, soit 60 000 fois plus fin qu’une pile bâton de type LR03.

Techniquement parlant, le principe coule de source. Des ions naviguent d’un pôle positif (cathode) vers le côté négatif (anode) via un électrolyte à base d’oxyde de polyéthylène (PEO). Il en résulte un courant électrique.

L’idée est de minimiser l’espace entre les couches d’électrodes“, précise Arava Leela Mohana Reddy, l’un des instigateurs du projet.

Le produit final pourrait à terme être implémenté dans le corps humain pour des besoins médicaux, mais le chemin est encore long : à l’heure actuelle, le produit rend l’âme après 20 cycles de charge / décharge.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur