Les clients Apple cibles d’une campagne d’hameçonnage

Cloud

Une “vaste campagne de phishing” sévit depuis le jour de Noël. C’est en ces termes que la société Intego a mis en garde les clients Apple contre des tentatives d’hameçonnage.

Depuis le 25 décembre, les clients d’Apple sont la cible d’attaques de type phishing qui visent à récupérer leurs données bancaires. Le stratagème est toujours le même : un e-mail d’allure officiel qui sert à appâter la future victime.

Selon Intego, éditeur de solutions logicielles de sécurité pour Mac, il s’agit de duper les clients qui possèdent un compte Apple en tentant de les mettre en confiance.

Pour ce faire, un e-mail est envoyé avec pour motif la mise à jour des données de facturation adossées au compte Apple. Intego indique précisément la nature de cet e-mail sur son blog :

Un premier hyperlien dans l’e-mail vous redirige alors vers une page d’authentification. Vous êtes invité à entrer votre identifiant Apple et votre mot de passe associé. Une autre page s’ouvre ensuite vous demandant de mettre à jour vos données de facturation.

Dans les deux cas, les pages web sont parfaitement réalisées puisque des éléments ont été empruntés aux propres pages web d’Apple. Mais en aucun cas le ramage ne se rapporte au plumage.

Et de plumage, il est bien entendu question avec ce genre d’escroquerie qui ne vise ni plus ni moins qu’à vider votre compte bancaire.

Dans le détail, Intego indique que le sujet du message est le suivant : “Apple update your Billing Information“. Un e-mail diffusé dans la langue de Shakespeare donc mais qui pourrait changer de forme, voire de langue et adopter, au gré de ses mutations, la langue de Molière.

Vous serez alors prévenu que ce genre de fourberie peut facilement être détecté.

Tout d’abord, en survolant l’hyperlien, vous verrez apparaître la véritable URL. Et en lieu et place d’une adresse Apple, c’est une adresse IP (une suite de chiffres séparés par des points) qui est donnée.

Il est d’ailleurs conseillé de systématiquement retaper à la main les hyperliens inclus dans un quelconque e-mail plutôt que de cliquer dessus. Enfin, il faut se méfier quand le lien qui s’ouvre ne redirige pas vers une adresse sécurisée avec “https”.

 

Logo : © Robert Mizerek – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur