Les créateurs du Mac présents à MacHack

Cloud

MacHack, le plus grand rassemblement de développeurs Mac prêts à écrire du code pour le fun, vient de commencer sur le mode d’un marathon diurne et nocturne. La réunion de cette année voit l’apparition de la fine fleur des créateurs du Mac : Wozniak, Raskin, Atkinson, Rose, Hertzfeld et d’autres encore. Cette année, le codage sous X est à l’honneur. Les claviers vont chauffer…

Les singes savants du Mac se retrouvent deux fois par an aux beaux jours : pour la WWDC (voir édition du 22 mai 2001), la World Wide Developer Conference, la grand-messe des artisans du code organisée par Apple et à MacHack (voir édition du 16 juin 2000), où les développeurs se jettent à corps perdu dans une bataille de boules de code, qui doit montrer lequel est le plus ingénieux. Soixante-douze heures presque sans répit pour créer des turnarounds, du hack et autres lignes de code destinées à régler un problème spécifique défini ou simplement s’amuser à se casser la tête sur une question complexe. Bref, du remue-méninges comme on peut aimer en faire dans une petite réunion entre amis !

Les plus grands noms du développement du Mac

Et des amis, il y en a à cette édition de MacHack : certains des principaux développeurs ayant participé à la création du Mac seront présents, même s’il aura fallu les en prier pour qu’ils acceptent de se présenter. Parmi eux, on trouve les plus grands noms, et même le premier d’entre eux, Steve Wozniak, le créateur d’Apple aux côtés de Steve Jobs. Mais le Mac n’aurait pas non plus existé sans les multiples spécialistes de la bande : Andy Hertzfeld, Guy “Bud” Tribble, Randy Wiggington, Bruce Horn, Danieal Kottke, Caroline Rose, Jef Raskin (voir édition du 12 février 2001) et Bill Atkinson (voir édition du 14 janvier 2000). Ces deux derniers sont plus connus que les autres pour leurs nombreuses autres interventions. Ils sont également, pour certains, issus du PARC, le laboratoire de recherche que Xerox avait installé sous le soleil de la Silicon Valley et où Steve Jobs avait recruté quelques-uns des “maîtres du feu numérique”. Toute la bande est déjà intervenue, soulignant les plus et les moins du nouveau système d’exploitation. C’est Raskin qui a été le plus virulent, soulignant qu’“Apple a ignoré les années d’apprentissage sur le développement des interfaces graphiques. Ce n’est pas professionnel, incompétent et cela blesse les utilisateurs”. Raskin est devenu un spécialiste de l’interface graphique et a développé des modèles sortant totalement des sentiers battus par Windows et Mac OS. Sa réaction se fait donc en comparaison des avancées qu’il a réalisées. Les autres intervenants ont eu la dent moins dure pour Aqua. Hertzfeld aurait souligné selon MacCentral que l’interface était véritablement meilleure que Windows.

Pour les développeurs, le challenge n’est donc pas mince : démontrer leur savoir-faire devant quelques-unes des légendes de la Silicon Valley. De quoi en avoir les mains moites ! Le discours d’introduction a eu lieu jeudi 21 juin au soir. Quant à Steve Wozniak, il devait présenter une discussion au coin du feu, selon eWeek. Un exercice qu’affectionnent tout particulièrement les Américains. Steve Jobs avait fait de même lors de la WWDC. Cette forme sied bien à ces spécialistes de la programmation, qui peuvent deviser et s’échanger des informations sur les dernières présentations qui leur ont été faites par Apple en mai. MacHack, dont on avait peur que l’édition de cette année ne puisse être renouvelée faute de sponsors, se présente donc comme le dernier endroit branché pour les développeurs de tout poil et un espace de libre pensée sur l’environnement Mac.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur