Les députés pourront voter ou surfer dans l’Hémicycle

Cloud

Les 577 députés vont disposer d’une connexion Internet à leur place dans l’Hémicycle. L’usage du téléphone portable reste interdit.

Les députés pourront se connecter à l’Internet haut débit dans l’Hémicycle, sauf pendant sauf pendant les séances de questions orales au gouvernement. Des travaux d’aménagement ont été réalisés dans ce sens au cours de l’été. Chaque député disposera d’une prise électrique pour les ordinateurs portables et d’un câble de connexion pour l’accès Internet.

Progressivement, les outils TIC sont mis à la disposition des députés. Depuis avril 2008, les députés  pouvaient utiliser leurs ordinateurs portables dans l’Hémicycle mais les connexions Internet étaient interdites comme la consultation de la messagerie électronique.

En revanche, l’usage du téléphone portable reste interdit dans l’Hémicycle. Un système de brouillage des ondes est mis en place. Une mesure imposée par Jean-Louis Debré, ancien président de l’Assemblée nationale. Néanmoins, l’envoi et la réception de SMS sont autorisés “sur une durée très courte”, précise l’AFP.

Mi-mai, les députés UMP Thierry Mariani (Vaucluse) et Claude Goasguen (Paris) avaient défendu un amendement autorisant l’usage d’Internet dans l’Hémicycle à l’occasion d’une modification du règlement de l’Assemblée nationale.

A l’époque, Bernard Accoyer, Président de la chambre basse du Parlement, s’y était opposé, craignant que les lobbystes exploitent cette fenêtre de communication pour influencer les députés lors des votes.

De son côté, le Sénat va plus loin : les accès Wi-Fi sont autorisés dans les travées du Palais du Luxembourg.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur