Les derniers soubresauts de Rambus ?

Mobilité

Le fabricant de brevets ? pardon ? de mémoire vive a perdu, la semaine dernière, contre Infineon qu’il accusait de violation de technologie. Rambus a fait appel. Un revers qui, s’il se généralise aux autres procédures en justice que doit affronter Rambus, pourrait provoquer la faillite de la société.

Dans le procès phare qui l’oppose à Infineon depuis août 2000, Rambus a perdu. Le juge Robert Payne a rejeté, jeudi 3 mai, les 54 plaintes pour violations de brevet déposées par Rambus contre la société allemande. Le magistrat recommençait le lendemain avec 3 autres plaintes où un doute subsistait. Rambus a évidemment fait appel. Les désaccords portent sur la fabrication de la DDR SDRam. Micron Technology et Hyundai sont également engagés dans une bataille juridique avec le constructeur américain.

Ce revers fait suite à une série de désistements. Nombre de constructeurs ont préféré adopter la DDR-SDRam qui offre des gains de performances raisonnables en regard de son prix contre une mémoire Rambus, certes performante, mais difficile à fabriquer et coûteuse qui la cantonne aux stations de travail haut de gamme. A commencer par AMD qui a clairement opté pour la DDR SDRam contre la RDRam (voir édition du 31 octobre 2000). Plus grave, Intel avait annoncé son intention de se désengager progressivement de la technologie Rambus (voir édition du 19 octobre 2000)… avant de finalement se rétracter (voir édition du 1er mars 2001). Ce qui n’a pas empêché le leader des processeurs de se lancer sur un programme d’adoption de la DDR SDRam pour son Pentium 4.

Sans les coûts de licence, la DDR-SDRam pourrait être encore moins chère…

L’avenir de Rambus pourrait se jouer sur les résultats de ses procès. En effet, 77 % des revenus de Rambus, qui ne produit pas grand chose d’autre que quelques composants réseau, sont issus des royalties reversées pour l’exploitation de ses brevets. S’il s’avérait que les sociétés susceptibles de payer des droits d’exploitations pouvaient légalement revoir leur contrat afin de se dégager de cette obligation, au moins en partie, Rambus cours à la faillite. Une histoire qui concerne Samsung, Hitashi ou Nec, notamment. Rambus devrait peut-être songer à se recycler…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur