Les diplômés bienvenus aux USA

Mobilité

Le sénat américain va proposer un amendement afin d’augmenter le nombre de visas provisoires décernés aux diplômés supérieurs. Sous la pression du lobby informatique, le nombre de travailleurs étrangers très qualifiés admis chaque année aux USA passerait de 115 000 à 195 000 pour les trois prochaines années.

Le sénat américains planche actuellement sur une modification de la loi concernant l’immigration aux Etats Unis de travailleurs hautement qualifiés. La mesure vise à faire passer le nombre de visa H1-B (concernant les personnes pouvant prouver qu’ils ont au moins un diplôme universitaire) de 115 000 à 195 000 pour les trois prochaines années. Avec 4 % de chômeurs seulement au niveau national, les besoins de l’industrie américaine, et en particulier des secteurs high tech, en main d’oeuvre qualifiée sont loin d’être comblés. Si cette mesure est acceptée par le Congrès, les entreprises technologiques seraient plus à même d’augmenter leurs capacités de production ainsi que de recherche et développement. Car non seulement le vivier intérieur n’est pas assez conséquent pour répondre à ces demandes, mais les universités américaines forment de moins en moins de diplômés susceptibles d’intéresser des start-up ou des entreprises comme Hewlett-Packard, IBM ou Microsoft.

Si du côté de l’administration Clinton, on n’est pas vraiment fan de cette mesure (la priorité serait plus de former les américains plutôt que de laisser s’installer même temporairement des étrangers), la proximité de l’élection présidentielle pourrait laisser le champs libre au lobby technologique pour faire passer cette proposition. En effet, Républicains comme Démocrates convoitent actuellement les grosses donations que ces entreprises font généralement à cette époque. C’est peut-être le bon moment pour se lancer à l’assaut d’une carrière américaine…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur