Les entreprises adoptent l’ERP et de l’EDI

Cloud

Les entreprises françaises semblent avoir compris tout l’intérêt des enjeux de la communication. Selon la dernière étude du ministère des finances, les entreprises traitent, stockent et transmettent de plus en plus d’informations numériques. L’adoption de solutions ERP et EDI est en nette progression dans les entreprises.

Les entreprises françaises cherchent de plus en plus à se décloisonner pour favoriser le partage de l’information ainsi qu’à se désenclaver pour optimiser leurs relations avec leurs partenaires. A tel point que la dernière étude du SESSI, (Ministère de l’Economie, des finances et de l’industrie) compare les entreprises à de véritable noeud de communication. Dès lors, il est normal de constater une nette progression de leur parc informatique. Depuis 1996, le budget informatique a progressé de 12,6 %. Une partie de ce budget est aujourd’hui consacrée au progiciels de gestion intégrée dont la percée dans les entreprise est importante depuis 1997. Fin 1999, 69 % des entreprises de plus de 500 employés utilisent des PGI. Ces progiciels, qui ont pour vocation à répondre à l’ensemble des besoins de gestion de l’entreprise (comptabilité, gestion des stocks, approvisionnement,…), séduisent de plus en plus de PME-PMI. Au total, 38 % des entreprises utilisent un PGI. Selon Paul Feuvrier, auteur de l’étude, “ces progiciels deviendront à terme le socle du système d’information des entreprises”. Ces outils se développent dans la continuité d’autres outils comme l’intranet ou les échanges de donnés informatisées (EDI).

Ainsi, 76 % de grandes entreprises recourent à l’EDI dans leurs échanges avec leurs partenaires habituels. Ce système qui permet aux entreprises de transférer par voie électronique des données structurées suivant des standards établis entre l’entreprise et le fournisseur est encore timide pour les petites structures, “notamment en raison de sa complexité et de son budget élevé”, explique Paul Feuvrier. 39 % des PME de 50 à 99 salariés utilisent l’EDI contre 29 % pour des entreprises de 20 à 49 salariés. Mais, surtout, l’EDI s’est développé dans des secteurs où les grandes entreprises ont été en mesure d’imposer cette solution à leurs fournisseurs (pharmacie, automobile, chimie et l’énergie). Selon l’enquête, l’EDI est le premier support du commerce électronique pour les entreprises industrielles. “Nous devrions à terme, avec le passage sur la toile (Web EDI), voir les entreprises étendre leur cercle de fournisseurs et de partenaires”, mentionne Paul Feuvrier.

Toujours selon l’étude, le parc des micro-ordinateurs en France est plutôt moderne. 80 % environ des entreprises ont des micro-ordinateurs équipés de modems et un peu moins de six entreprises sur dix ont des micro-ordinateurs multimédias. Elles sont aussi un peu moins de six entreprises sur dix a mettre également à la disposition de leurs salariés des micro-ordinateurs portables. 80 % des entreprises ont mis leur micro-ordinateur en réseau, contre 63 % en 1997 et 32 % en 1994.

Deux tiers des entreprises industrielles disposent de systèmes de taille moyenne (serveurs). Pour plus d’un cinquième, ces systèmes prendront de l’ampleur d’ici 2001. Seules 14 % des entreprises utilisent encore de grands systèmes informatiques (mainframe).

Pour en savoir plus :

Etude du ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie (format PDF)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur