Les errements de Microsoft dans le domaine de la virtualisation

Cloud

Microsoft renonce à introduire la virtualisation dans les versions Vista
destinées au grand public. Officiellement pour des raisons de sécurité.

Microsoft a abandonné un projet pour lever les restrictions liées à la virtualisation sur son système d’exploitation Vista.

La firme a récemment autorisé les utilisateurs des versions Vista Ultimate et Vista Business à utiliser le système d’exploitation dans un compartiment virtuel. Par exemple VMware, Parallels ou Microsoft’s Virtual PC. Mais les consommateurs qui s’approprient les versions Vista Home Basic ou Vista Home Premium sont dépourvues de cette option.

A l’origine, Microsoft avait prévu d’étendre son offre de virtualisation le 20 juin. L’éditeur n’a pas donné de raisons de ce changement de cap. Tout juste avance-t-il une “ré-évaluation” de sa stratégie.

Les conditions d’usage sous licence avaient pour objectif de décourager les utilisateurs les moins à l’aise avec les nouvelles technologies qui chercheraient à exploiter le système d’exploitation dans un environnement virtualisé.

Selon Microsoft, la virtualisation place l’utilisateur devant des risques en termes de sécurité. Ce qui expliquerait pourquoi Microsoft veut limiter son accès à des utilisateurs experts ou professionnels.

Mais Microsoft a aussi forcé les utilisateurs de Mac d’acheter Vista Ultimate (399 dollars) ou Vista Business (299 dollars) s’ils comptaient exploiter Vista en mode virtualisation.

Le mode virtualisation est pratique en particulier pour les utilisateurs qui souhaitent avoir accès à une application qui est uniquement disponible sur Windows ou bien à des utilisateurs qui procède souvent à des bascules entre systèmes d’exploitation.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 22 juin 2007


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur