Les Français prennent goût au quadruple play

OpérateursRégulationsRéseaux
quadruple-play-france

La dernière étude de GfK/Médiamétrie sur les équipements multimédias dans les foyers français conclut à un sursaut dans l’adoption des offres quadruple play, conséquence des nouveaux modes de consommation des contenus numériques.

Mobilité, avènement du multi-écran, usages ‘enrichis’ : les implications complexes de l’ère post-PC se répercutent sur les modes de consommation du contenu numérique… et se traduisent par une adoption croissante des offres quadruple play.

Telles sont les principales conclusions de l’étude menée par GfK/Médiamétrie sur l’équipement multimédia des foyers français au 3e trimestre 2013.

Amateurs de réseaux sociaux, friands de streaming vidéo, tentés par le commerce électronique, les Français, toujours plus nombreux à faire du Net un centre d’action de leur vie quotidienne, sont d’autant plus tentés par l’association du fixe et du mobile.

Au 30 septembre 2013, près de 4,7 millions de foyers ont souscrit une offre quadruple play (+3,5 points en un semestre ; +10,6 points en un an et demi) combinant, en un même abonnement, Internet haut débit, TV par ADSL, téléphonie fixe et forfait mobile.

Dans un contexte économique difficile, ces formules sont jugées d’autant plus attractives qu’elles permettent de réaliser des économies.

Leur succès reflète aussi une évolution des habitudes chez les consommateurs, conséquence directe de l’augmentation du nombre d’écrans par foyer (6,4 en moyenne, contre 6,2 il y a un an), mais aussi de l’omniprésence des téléphones mobiles.

Gage de fidélisation pour les opérateurs, le quadruple play retient essentiellement l’attention des familles composées d’au moins trois personnes (la moitié des abonnés recensés par GfK/Médiamétrie)

Dans 37% des cas, le chef de foyer est âgé de 35 à 49 ans. Il s’agit souvent d’un employé de catégorie socioprofessionnelle favorisée (CSP+).

Les principaux opérateurs français se sont positionnés sur le créneau du quadruple play en 2010 : Bouygues Telecom avec la série ‘Ideo’ ; Orange avec la gamme ‘Open’ ; SFR avec le ‘Pack Absolu’.

Au printemps dernier, leur offensive a pris un virage vers le low cost.

Depuis le 13 juin, Orange propose, sous sa marque Sosh, une offre sans engagement déclinée en quatre formules de 34,90 à 54,90 euros TTC par mois.

SFR a choisi le même jour pour lancer, sous sa marque RED, des forfaits sans engagement de 34,98 à 49,98 euros TTC par mois.

La Poste avait s’était signalée dès le mois d’avril avec l’offre Quatro, articulée autour de la box SFR. Virgin Mobile avait pris position un an plus tôt.

Cas particulier, Free ne commercialise pas formellement de quadruple play : Xavier Niel fustige le côté fourre-tout de ces offres ‘couscous-boulettes’.

La filiale d’Iliad propose tout de même des remises sur ses forfaits mobiles (de 2 euros à 0 euro pour le premier ; de 19,99 à 15,99 euros pour le second) s’inscrivent dans une logique de fidélisation du client.

gfk-mediametrie-quadruple-play

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les box des FAI ?

Crédit photo :   xavier gallego morell – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur