Les hotspots à la recherche du seuil critique

Mobilité

Les hotspots Wi-Fi qui fleurissent un peu partout dans le monde vont-ils disparaître aussi vite qu’ils sont apparus, comme le prédisent certains ? De son côté, le Gartner est plus optimiste…

Les point d’accès sans fil à l’Internet haut débit, ou hotspots, vont-ils gagner la faveur d’un nombre suffisant d’utilisateurs pour être rentabilisés ou sont-ils voués à l’échec ? Récemment, plusieurs cabinets d’études tels IDC ou Forrester Research se sont plu à jouer les Cassandre, prédisant la faillite commerciale de ce nouveau mode de connexion à Internet. En revanche, le Gartner Group, dans une étude récente, se veut moins pessimiste. Premier point : le déploiement de nouveaux hotspots devrait se poursuivre les prochaines années. Il prévoit que leur nombre doublera d’ici 2005, pour atteindre 151 768. Il sera, fin 2003, de 71 079, contre 14 752 en 2002 et 1 214 en 2001. Parallèlement, le nombre d’utilisateurs passera de 2,5 millions en 2002 à 9,3 millions fin 2003, dont 4,7 millions aux Etats-Unis, 2,7 millions dans le sud-est asiatique et 1,7 million en Europe. Quant à la rentabilité de cette activité, elle sera, selon Gartner, en bonne voie d’être atteinte lorsque plus de la moitié des utilisateurs optera pour un abonnement mensuel, au lieu d’une consommation facturée à la durée.

Rentabilité d’ici trois à cinq ansToutefois, le Gartner Group ne prévoit pas que ce seuil soit atteint avant cinq ans. Et pour y parvenir, il faudra poursuivre le déploiement des hotspots afin d’avoir une couverture offrant aux utilisateurs la garantie que, où qu’ils se trouvent, ils n’auront qu’une faible distance à parcourir pour trouver un réseau sur lequel se connecter. L’autre élément clé susceptible d’accélérer la maturation de ce marché est de faciliter l’utilisation des hotspots, en particulier par le truchement de mécanismes d’échange de bande passante entre opérateurs permettant à leurs clients respectifs d’utiliser indifféremment les réseaux des uns et des autres, de n’avoir qu’une seule facture et une procédure unique de connexion. Ce qui pose évidemment des problèmes techniques et économiques de reversement de revenus. En attendant, la plupart des hotspots vont perdre de l’argent pendant trois à cinq ans. Mais même si l’activité d’opérateur de réseau local sans fil est en soi déficitaire, elle peut être intéressante économiquement en soutien d’une autre activité. C’est ce qui explique qu’en 2003, les hotspots ont été déployés à 70 % par les réseaux de distribution, par exemple, aux Etats-Unis, la chaîne de cafés Starbuck’s Coffee. Cette tendance se confirmera les prochaines années car les hotspots sont bien évidemment pour ces chaînes de magasins un moyen d’attirer de nouveaux clients.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur