Les internautes américains peu soucieux du copyright

Mobilité

Une enquête menée aux Etats-Unis révèle que plus des deux tiers des internautes qui téléchargent de la musique ne se soucient absolument pas de savoir si ces oeuvres sont soumises à un copyright. La RIAA a encore du pain sur la planche…

Les menaces de représailles de la Recording Industry Association of America (RIAA) à l’encontre des utilisateurs de logiciels d’échange de fichiers (voir édition du 26 juin 2003) n’ont-elles pas été prises au sérieux ? C’est la question qu’on est en droit de se poser à la lecture du dernier rapport du Pew Internet & American Life Project (PIALP), un organisme américain qui s’est donné pour mission d’étudier les effets de l’Internet sur les enfants, les familles et la société en général. L’étude est le fruit d’une enquête menée entre mars et mai 2003 auprès de 2 515 adultes américains connectés, questionnés sur leurs habitudes en matière de téléchargement de fichiers audio et vidéo. Et le constat est accablant : 67 % des utilisateurs qui téléchargent de la musique n’ont que faire des problématiques de droits d’auteur, contre 61 % en 2000 ! Le nombre total d’internautes ayant fortement augmenté entre ces deux périodes, la progression en valeur absolue est encore plus marquante.

L’étude porte un regard particulier sur les uploaders, ces utilisateurs de l’Internet qui mettent à disposition des autres des contenus audio et vidéo – en fait, toutes les personnes qui n’ont pas désactivé le partage par défaut dans leur logiciel d’échanges. Dans cette population, 65 % des personnes interrogées déclarent ne pas se préoccuper du statut juridique des fichiers qu’ils partagent, 30 % “s’en soucient” (l’étude ne précise pas s’ils s’abstiennent de mettre en ligne les fichiers sous copyright ou s’ils le font avec un sentiment de culpabilité) et 5 % n’ont pas d’avis sur la question. Cibles prioritaires de la RIAA, les uploaders américains représentent, selon le PIALP, 21 % des utilisateurs de l’Internet, soit 26 millions d’individus. Les downloaders de musique représentent quant à eux 29 % des internautes américains, soit environ 35 millions de personnes.

Revenus et niveau d’étude

Le PIALP se hasarde également à établir des statistiques dites “démographiques” sur les internautes pratiquant le téléchargement de musique, selon des critères de sexe, race, âge, niveau de revenus, niveau d’études et expérience de l’Internet. Il en ressort que la proportion d’hommes et de femmes est quasi équivalente (24 % de downloaders dans la population Internet masculine, 20 % dans la population féminine) ; de même, la comparaison entre internautes novices et expérimentés ne montre pas de différence révélatrice. L’étude dérape quelque peu en affirmant, sur la foi de ses statistiques, que les Afro-américains (29 %) et les Hispaniques (35 %) sont plus enclins que la population blanche (21 %) à télécharger de la musique : les auteurs ont juste omis de mettre en parallèle les critères raciaux et les niveaux d’éducation et de revenus, les uns et les autres étant étroitement liés dans la société américaine. L’étude montre ainsi que 28 % des foyers gagnant moins de 30 000 dollars par an sont consommateurs de musique en ligne, contre 15 % pour les foyers dont les revenus dépassent 75 000 dollars. Un résultat pas vraiment étonnant… L’âge des internautes semble également être un facteur déterminant : 37 % des 18-29 ans connectés téléchargent de la musique, contre 19 % des 30-49 ans et 9 % des plus de 50 ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur