Les logiciels libres investissent l’Assemblée nationale

Mobilité

Pour la prochaine législature, tous les députés disposeront d’un PC sous
Linux et de Firefox dans leurs bureaux du Palais Bourbon.

L’Assemblée nationale se met à l’heure des logiciels libres. Les postes micro-informatiques des députés seront dotés de logiciels libres à compter de la prochaine législature à partir de juin 2007. Cela représente un parc de 577 postes (un poste par bureau de député au minimum), sachant que, compte tenu des travaux immobiliers touchant l’Assemblée nationale, de nouveaux bureaux avec PC équipés en logiciels libres pourraient apparaître.

De quels outils parle-t-on? On en évoque quatre principalement : le système d’exploitation Linux, la suite bureautique OpenOffice.org, le navigateur Internet Firefox et un client de messagerie libre. “C’est le service informatique de l’Assemblée qui va prendre en main l’installation des logiciels “, précise le service presse de l’institution parlementaire contacté jeudi soir par Vnunet.fr. “Mais il n’est pas impossible qu’une partie des prestations soit réalisée par une société tierce. Cela pourrait donner lieu à un appel d’offre”.

Des coûts de mise en oeuvre et de formation

L’Assemblée nationale met en avant les économies qu’il sera possible de générer avec ses outils open source, “en dépit de certains coûts de mise en oeuvre et de formation” précise néanmoins le communiqué de presse.

Cette initiative de migration vers des solutions open source proviendrait de Jean-Louis Debré, en qualité de Président de l’Assemblée nationale. Celui-ci a finalement suivi les préconisations de plusieurs députés qui avaient saisi la présidence de la chambre basse du Parlement à ce sujet, toutes couleurs politiques confondues, assure le service presse.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur