Les mouvements de la souris vous dénoncent

Cloud
Information - news

Une équipe de recherche du MIT travaille sur un projet baptisé “Cheese” (fromage). Normal : il cherche à analyser les mouvements de la souris pour prédire les comportements des internautes en ligne. Les premiers résultats sont surprenants.

Comment attirer une souris ? Avec du fromage, évidemment ! D’où le nom d’un projet de recherche du très sérieux MIT (Massachusetts institute of technology) américain, baptisé “Cheese” (fromage). Pas question de tapette, ici : au laboratoire du MIT qui s’intéresse aux moyens d’expression (Media Lab), le département “Context-aware computing” (que l’on pourrait traduire par “informatique sensible au contexte”) cherche à permettre à l’ordinateur d’être “au courant” de l’environnement et surtout de l’activité de son utilisateur. Permettre à la machine de prendre les devants afin d’optimiser les interfaces, c’est un peu le but des travaux en cours. Le Cheese project s’intéresse aux mouvements de la souris. Jusqu’ici, ce sont avant tout les clics qui sont étudiés et cette démarche se veut complémentaire en apportant un éclairage nouveau. Pour cela, les chercheurs du MIT ont décortiqué le surf de 17 personnes. Celles-ci devaient naviguer chacune sur 18 pages – familières ou non – sur lesquelles elles devaient effectuer des tâches prédéfinies plus ou moins précises comme rechercher une information en particulier ou au contraire commander le CD de leur choix. Un dessin des trajets du pointeur de la souris était ensuite réalisé et analysé.

Les résultats sont assez probants. Ainsi, sur la commande d’un CD, les chercheurs ont pu deviner le second choix qu’aurait effectué le “cobaye” avec un taux de réussite allant de 65 à 75 %, rien qu’en considérant les hésitations du curseur au dessus du lien. Il suffisait d’y penser ! De même, l’internaute qui place directement la souris sur un lien sans hésitation montre qu’il s’agit d’un habitué du site. Cheese permet de mieux cerner les habitudes de surf et d’anticiper les besoins de l’internaute. Les applications possibles se trouvent aussi dans le design des sites ; ainsi, inclure des blancs sur les pages permet à l’oeil de se reposer mais également au curseur de rester visible sans cacher de contenu, cela tout en évitant les clics accidentels. De telles données sur les habitudes de surf peuvent trouver de nombreuses applications. L’avantage de la méthode est qu’elle ne demande pas d’installation de logiciel particulier, des scripts suffisent. Même s’il faut rester prudent quant à l’utilisation des données ainsi récoltées, le Cheese project reste une démarche intéressante. Pour autant, le MIT n’est pas le seul à se pencher sur la question : Predictive Networks, par exemple, commercialise des solutions qui permettent aux annonceurs de cibler leurs publicités en fonction de l’utilisation du clavier et de la souris (voir édition du 31 mai 2001).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur