Les nouveautés oubliées d’iTunes 3

Cloud

Les bonnes surprises du nouveau juke-box d’Apple ne se limitent pas aux quelques fonctions présentées par Steve Jobs : le nombre de streams radio a augmenté, le support du MP4 est disponible et la fonction de classement s’avère un délice ! Malgré quelques petites restrictions qui devraient être résolues sans peine, le logiciel est parvenu à maturité.

Pourquoi diable Steve Jobs s’est-il tant appesanti sur la simple mise à jour logicielle de l’iApp iTunes, lors de sa keynote du mercredi 17 juillet ? Pour boucher les trous, auront conclu hâtivement les mauvaises langues. “Parce que la musique est une des motivations des employés d’Apple”, souligne Phil Schiller partout où il passe. Parce que l’iPod pour Windows est sorti et que les utilisateurs de PC seront dépités de voir à côté de quoi ils passent, ajoutent en choeur les plus accros des aficionados du Mac. “De la musique avant toute chose…”, avait quant à lui scandé Paul Verlaine ! Et iTunes, maintenant en version 3, s’y entend en fait de mieux en mieux. A tel point qu’on se prend rapidement au jeu quand on s’aperçoit des formidables opportunités proposées par l’application. Le tour du monde des radios, par exemple, s’avère bien meilleur aujourd’hui ! Le nombre de thématiques a augmenté même si l’application ne dispose plus désormais que de 319 flux contre plus de 600 dans la première version (voir édition du 12 janvier 2001), mais le service semble en cours d’enrichissement. Les problèmes de Kerbango, le fournisseur relais de l’application d’Apple, y sont sans doute pour quelque chose. En revanche, la qualité d’écoute paraît avoir été améliorée. S’il arrivait que les radios coupent même lorsque le flux écouté était bas, les émissions sont maintenant beaucoup plus stables. Et le charme opère toujours : allez donc deux secondes écouter Wolf FM, une Internet radio pure et dure, émettant de Nashville, Tennessee, ou plus proche de nous Radio Park, une radio d’Anvers, Belgique.

Mais l’apport majeur d’iTunes, c’est le support du Mpeg-4, ou plus précisément du format AAC, introduit par les laboratoires Dolby le 26 mars 2002. AAC, ou MP4, c’est le format audio de Mpeg-4, un algorithme de compression beaucoup plus évolué que celui utilisé dans le MP3. Il repose sur des brevets déposés par AT&T, Dolby et l’institut Fraunhofer. Incroyable mais vrai ! Si Steve Jobs ne l’a pas annoncé lors de MacWorld, il suffit d’avoir installé QuickTime 6 et d’utiliser un fichier MP4 pour s’en rendre compte. Pour cela, il faut d’abord disposer d’un tel fichier. Le plus simple est de convertir un simple fichier MP3 en AAC, opération réalisable avec AACelerator de Macmethod. L’enjeu d’une telle transformation ? Diviser par deux la taille des fichiers écoutés et récupérer un maximum de place sur le disque dur ! Une fois la métamorphose effectuée, il suffit d’ajouter le morceau converti à la bibliothèque pour le lire. Dommage qu’iTunes n’opère pas directement la conversion des CD introduits dans le lecteur de la machine ! Autre problème : l’iPod ne lit pas encore les fichiers au format AAC. Gageons qu’une mise à jour sera proposée sous peu. Enfin, autre subtilité d’iTunes 3 : les listes de lecture “intelligentes”. Une option qu’on trouvera dans le menu Fichier de l’application. Deux options sont disponibles, simple ou avancée. Cette dernière permet de complexifier la liste pour obtenir des critères de sélection draconiens sur les morceaux que vous désirez écouter. De quoi faire le tri dans une bibliothèque que vous aurez tendance à remplir à l’envi ! Pour résumer, iTunes 3 se présente désormais comme une application mature et ajoute sans conteste de la valeur au Mac. Il s’agit aussi d’un nouveau signal fort pour les utilisateurs qui ne seraient pas passés à Mac OS X (voir édition du 18 juillet 2002) : iTunes 3 n’est disponible que pour le dernier système d’exploitation d’Apple. L’application est disponible en téléchargement gratuit sur le site du constructeur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur