Les nouveaux PowerMac G4 dans le détail

Mobilité

A 733 MHz, le G4 dégage 5,5 Gflops en continu ! On peut désormais prévoir le temps sur un simple Mac tout en gravant un film sur DVD-R… Dans la nouvelle gamme de PowerMac présentée par Steve Jobs lui-même, on remarque toutefois l’absence de machines biprocesseurs de haut de gamme. Les problèmes de production de Motorola gênent toujours Apple aux entournures.

Une fois de plus, Steve Jobs a bien été obligé de se prêter au petit jeu de la comparaison Mac/PC. Annonce de nouveaux G4 à 733 MHz oblige… Lors de son discours d’ouverture, le patron d’Apple a donc mis face à face un G4 à 733 MHz et un Pentium 4 tournant à 1,5 GHz. Seul comparatif possible entre ces deux plates-formes pour le moment (mais avec les armées de logiciels sous MacOS X, les comparaisons vont pleuvoir), Photoshop – encore et toujours, diront les plus réfractaires – le seul logiciel optimisé pour les deux architectures. Résultat ? Le Mac s’en sort vainqueur évidemment, mais c’est l’équation qui en résulte qu’il faut regarder avec plus de précision : 733 MHz sur Mac = 2 GHz sur PC pour ce logiciel, sur les opérations spécifiques demandées… Et pourtant, Steve Jobs a bien insisté sur le fait qu’on ne comparait pas “des pommes et des oranges” (voir notre série : “Cisc/Risc : le complexe contre le simplifié”).

L’UMA-2, la carte maîtresse du G4

Le nouveau PowerMac G4 démontre que du point de vue du matériel, Apple n’a de leçon à recevoir de personne. Il brûle tout sur son passage. La raison ? Une architecture de la carte mère chamboulée. L’UMA-2 (pour Unified Motherboard Architecture 2 ? Architecture de carte-mère unifiée de seconde génération) fonctionnant sur un bus à 133 MHz (1 Go de débit par seconde), utilisant de la mémoire PC 133 (même vitesse que le bus) SDRAM, l’arrivée de l’AGP 4X, et 4 bus PCI à 33 MHz. Comme pour tout ordinateur, la vitesse du processeur ne fait pas tout…

Problème quand même sur ces nouveaux PowerMac : où sont donc passés les multiprocesseurs ? Voilà qui montre bien qu’Apple n’est pas encore totalement sortie de ses problèmes de puces. Après 18 mois à 500 MHz, Apple joue la prudence : pas assez de PowerPC G4 disponibles (Motorola ne sortira des 733 MHz qu’au compte-goutte), le multiprocessing devient donc une option à commander. Les puissances des processeurs s’étalent de 466 à 733 MHz, monoprocesseurs, en passant par 533 et 667 MHz. Pour les accros des machines multiprocesseurs, il faudra se contenter des puces à 533 MHz à utiliser par 2. Dommage donc que cette solution ne soit plus standardisée, mais face aux restrictions en approvisionnement de puces, on peut comprendre le choix d’Apple. Des restrictions temporaires, puisque Steve Jobs a précisé que le multiprocessing réapparaîtrait sous peu. Sûrement à la même période que le lancement de MacOS X.

Des périphériques très attendus

Mais le PowerMac G4 est aussi l’occasion pour Apple d’être le premier constructeur d’ordinateurs à lancer le combo CD/DVD-RW. Un graveur de CD et de DVD très attendu par le marché et dont on doutait qu’Apple serait en mesure de proposer un exemplaire dès janvier. Un outil qu’on ne retrouvera pour le moment que sur le haut de gamme, Pioneer, son constructeur, n’étant pas en mesure d’en fournir à la pelle, en raison de la demande pressante qui lui est faite (Compaq proposera une machine équipée dans un peu plus d’un mois). De quoi graver des DVD-R qu’Apple proposera sur son site à 10 dollars pièce (environ 70 francs). Pour les autres modèles de la gamme, il faudra donc se contenter d’un CD-RW ou en option, d’un DVD-ROM.

Deux autres modifications très attendues sont a noter : d’abord la carte graphique? Deux sous-traitants sont désormais embarqués dans le PowerMac G4 : ATI avec sa RAGE 128 Pro ou une carte RADEON en option (dommage !), mais aussi nVidia qui s’est donc fait accepter comme fournisseur et équipe le haut de gamme en GeForce2 MX, tirant parti en cela du bus AGP 4X.

Enfin, le PowerMac s’ouvre radicalement, en acceptant 4 slots PCI, pleine longueur à 64 bits et tournant à 33 MHz. Ces ports d’extension étaient demandés par les professionnels. Ils permettent d’accroître considérablement les ressources de la machine, qui en embarque pourtant déjà de nombreuses. Ainsi les disques durs proposés vont de 30 à 60 Go (et de 5 400 à 7 200 tours par minute en Ultra-ATA 66). Mais trois baies permettent d’ajouter jusqu’à 2 disques ATA supplémentaires ou 3 disques SCSI. Il est également possible de configurer un mélange de ces deux formats de disques (1 ATA et 2 SCSI). On retrouve aussi la facilité d’accès du PowerMac, les différents types de ports, 2 ports FireWire, 2 ports USB, l’Airport… Et si tout cela ne vous suffit pas, le PowerMac peut fonctionner jusqu’à 3 000 mètres d’altitude…

Pour en savoir plus :

Le nouveau PowerMac


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur