Les nouveaux PowerMac G5 sous la contrainte du CMOS

Mobilité

La mise à jour des PowerMac G5 a bien eu lieu mais les 3 GHz promis par Steve Jobs ne sont pas atteints. Comme ses concurrents, Apple bute sur la mise à l’échelle de la technologie CMOS.

Ils sont bien là ! Les nouveaux PowerMac G5 d’Apple ont été commercialisés mercredi 9 juin 2004, le haut de gamme devant être livré à partir de juillet. Les modifications apportées sont principalement là pour faire bonne figure : les machines proposées par la Pomme sont toutes biprocesseurs, avec des fréquences s’étalant entre 1,8 et 2,5 GHz. En fait, le modèle à 1,6 GHz disparaît du catalogue, un nouveau modèle à 1,8 GHz est introduit, tandis que le modèle à 2 GHz est modifié pour tenir une position de milieu de gamme et qu’un processeur plus véloce est ajouté en haut de gamme. Pas de quoi fouetter un chat ! A l’intérieur, pas de bouleversements majeurs. Principale innovation, révélée par Tom Boger, le directeur du marketing des PowerMac interrogé par nos confrères de MacCentral : un système de refroidissement liquide, contrôlé par Mac OS, équipe les puces du modèle du haut de la gamme. C’est la première fois qu’Apple fait appel à ce type d’équipement, réservé jusqu’à présent aux bidouilleurs désireux de modifier la configuration de leurs machines. Les autres modifications sont mineures : pour appâter le client, Apple a installé son disque optique Superdrive 8x dans tous les modèles, a retiré ou ajouté un peu de mémoire selon les modèles et modifié les cartes graphiques selon les configurations. Le haut de gamme s’arroge le meilleur de ce qui est disponible : une ATI Radeon 9600 XT dotée de 128 Mo de mémoire vive.

Objectif 3 GHz

Près d’un an après le lancement des premiers PowerMac, le constructeur de Mac ne tiendra pas sa promesse d’atteindre les 3 GHz à l’été. “C’est très simple, quand nous avions fait cette prédiction, nous n’avons pas réalisé le défi que représenterait le passage aux 90 nanomètres”, a précisé Tom Boger. Steve jobs avait annoncé lors de la WWDC de 2003 (voir édition du 24 juin 2003) que les machines frappées de la Pomme parviendraient à 3 GHz un an après leur première commercialisation. Il avait ensuite précisé que ce cap serait atteint à l’été 2004. Selon la firme, il est désormais peu probable qu’un processeur fonctionnant à 3 GHz voie le jour sous peu, du fait des limites physiques de la matière. Apple se trouve en effet confrontée aux mêmes problèmes que tous les constructeurs informatiques : la mise à l’échelle de la technologie CMOS (voir édition du 12 mai 2004). Avoir fait parvenir ses PowerMac G5 à 2,5 GHz peut déjà être considéré comme une sacrée victoire sur le silicium.

Reste l’énorme déception des fans de Mac : après les promesses de Steve Jobs, les aficionados espéraient des fréquences allant de 2,2 à 3 GHz. En attendant, les nouvelles machines, déjà très rapides, sont destinées principalement aux professionnels et plus particulièrement aux créatifs. Le comparatif très controversé des G5 avec d’autres PC (voir édition du 25 juin 2003) a été mis à jour sur le site d’Apple. Le benchmark réalisé par Apple se focalise justement sur les métiers de la création et compare ses machines à des produits de chez Dell, HP ou Alienware, notamment un bi-Xeon tournant à 3,2 GHz. La firme se targue de disposer des machines les plus rapides sur le segment étudié. Reste une inconnue : jusqu’à quand les PowerMac resteront-ils bloqués à 2,5 GHz ? Le scénario de 1999 avec le G4 pourrait bien se reproduire (voir édition du 18 août 2000). Mais cette fois-ci, la concurrence est confrontée aux mêmes problèmes qu’Apple.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur