Les patrons d’HP et de Compaq défendent la fusion

Cloud

Alors que les analystes ne semblent guère confiants quant à la réussite de la fusion de Compaq avec HP, leur deux patrons affichent, eux, un optimisme à toute épreuve.

Carly Fiorina, Pdg d’HP et Michael Capellas, son équivalent chez Compaq, sont passés à l’offensive pour défendre l’idée à la base du rachat de Compaq par HP (voir édition du 4 septembre 2001), qui a reçu un accueil plutôt frais de la part des analystes et des investisseurs (voir édition du 5 septembre 2001). Ainsi, les actions cotées en bourse d’HP et de Compaq ont subit une baisse respective de 18 et 10 % suite à l’annonce de leur rapprochement.

“Michael Capellas et moi-même, ainsi que nos équipes, sommes des gens de compétition”, a insisté Carly Fiorina. “Lorsque vous êtes en concurrence avec quelqu’un, vous regardez de prêt ce qu’il fait. Et j’étudie ce que fait Compaq depuis un certain temps.” Et d’ajouter que les deux sociétés partageaient la même vision et évoluaient dans la même direction, et commençaient à faire les mêmes choix. “Cela fait de nous un concurrent plus efficace ainsi qu’un partenaire qui l’ait encore plus.” Pour Michael Capellas, les deux sociétés alliées sont en train de créer un nouveau leader de l’industrie “fondé sur la réussite du client, une technologie de première classe et les meilleurs produits et services”.

Compaq devient une sous-marque

Bien qu’aucun des deux n’ait voulu être spécifique sur le futur de la structure et du marketing, Carly Fiorina a tout de même indiqué que la marque dominante serait HP. “HP sera la marque qui restera”, a-t-elle notamment expliqué, “mais nous utiliserons la sous-marque Compaq de manière habile. Nous avons établi un business plan relativement simple à ce sujet […] avant même d’appeler les banquiers pour effectivement mettre en oeuvre cette transaction”.

Tout deux semblent assurés que les autorités de régulation, tant européennes qu’américaines, ne leur mettront pas de bâtons dans les roues. “Nous avons passé beaucoup de temps à étudier le problème et nous nous sentons plutôt en confiance”, explique Carly Fiorina, persuadée qu’il subsiste un nombre suffisant de concurrents et de clients.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur