Les PC de bureau virtuels ou la fin de la gestion des périphériques

Mobilité
Information - news

Les nouvelles technologies de virtualisation vont simplifier la gestion des périphériques pour les responsables informatiques.

un analyste du secteur, les PC de bureau virtuels permettront aux responsables informatiques d’alléger la charge de travail associée à la gestion de l’ensemble des périphériques du réseau.

George Hamilton, directeur de la division infrastructure d’entreprise au Yankee Group, pense que les utilisateurs pourront acheter leurs propres périphériques dans leurs magasins habituels et utiliser les services d’assistance client au lieu de déranger l’équipe informatique.

“L’avenir est aux clients virtuels”, explique-t-il. “Les départements informatiques n’auront plus à acheter, assurer la maintenance et le support technique des périphériques de l’utilisateur final, et d’ailleurs pourquoi le devraient-ils ?”

L’expert rappelle que les départements informatiques n’assurent pas le support technique de systèmes tels que le BlackBerry, dont le support est pris en charge directement par le fournisseur de l’appareil.

“Vous le donnez quelques minutes à votre service informatique et ils modifieront tout le système d’arrière-plan, mais si vous avez un problème avec votre appareil, vous contactez directement votre fournisseur”, ajoute-t-il. “Nous devrions être en mesure de reproduire le même schéma avec les ordinateurs de bureau et portables, la virtualisation de bureau en a tout le potentiel.”

Selon l’analyste, aucun logiciel n’a à être installé sur ces types d’appareil, qui peuvent être achetés auprès de n’importe quel fournisseur.

“Pour obtenir les applications et les informations d’entreprise, vous devez passer par un système sécurisé qui vous les transférera sur une machine virtuelle distincte de vos données personnelles”.
“Vous pouvez donc conserver iTunes et vos photos de famille sur votre PC, mais sans encombrer le rack de stockage de l’entreprise.”

Selon Dave Asprey, directeur de la stratégie technologique chez Zeus Ne tworks, nombreux sont les responsables informatiques chargés de la maintenance des serveurs et des ordinateurs portables qui seraient très heureux de se débarrasser de cette charge.

“D’un autre côté, le risque que des utilisateurs peu expérimentés téléchargent Dieu sait quoi sur leur ordinateur portable et l’y ramènent au bureau soulève certaines inquiétudes parfaitement légitimes”, souligne-t-il. “Même si toutes les données de l’entreprise sont sécurisées, dès qu’un utilisateur connecte une machine infectée par un ver, l’infection affectera tous les utilisateurs qui n’ont pas installé les dernières mises à jour de sécurité. “

C’est pourquoi, explique Dave Asprey, la plupart des services informatiques considèrent que les ordinateurs de bureau virtuels peuvent nécessiter deux fois plus de travail de gestion. “Mais telle est la situation à ce jour”, concède-t-il. “L’avenir sera exactement tel que le prédit le Yankee Group. “

Selon George Hamilton, les ordinateurs de bureau virtuels permettent également aux utilisateurs de personnaliser leurs machines, ce que les services informatiques auraient interdit dans le passé.

“Leur première réponse est violente et sans appel : interdire aux utilisateurs de connecter leur iPod sur le réseau, car cet appareil peut contenir 80 Go de données volées”, explique-t-il. “Mais quand ils commencent à imposer des restrictions à leurs utilisateurs, ils affectent les employés les plus productifs.”

Traduction de l’article Virtualised desktops will end laptop management par
Matt Chapmande Vnunet.com en date du 1er octobre 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur