Les PDA sous Linux fleurissent

Mobilité

Après PalmOS et Pocket PC, les PDA adoptent l’environnement Linux. Deux nouveaux modèles d’assistants personnels ont choisi la plate-forme libre et viennent côtoyer le Zaurus de Sharp. Le premier, le Lin@x de Royal Consumer, n’a rien à envier aux Pocket PC 2002 dont il reprend la configuration matérielle pour un prix défiant toute concurrence. Le second, le Filewalker d’Invair, dispose d’une configuration plus légère et d’un look très austère.

L’avenir de l’industrie micro-informatique passera-t-il par les gadgets électroniques ? Les appareils qui exploitent un environnement informatique pour délivrer des services – mais qui ne sont pas des PC au sens de micro-ordinateurs – semblent recueillir les faveurs du public. On pourrait le penser au vu du succès annoncé du Consumer Electronics Show 2002 de Las Vegas. Alors qu’en novembre 2001, le Comdex, salon spécialisé dans les nouveautés purement informatiques, avait vu sa fréquentation baisser, le CES fait lui le plein. Et si les assistants numériques personnels ne représentent pas une nouveauté en soi, les nouveaux modèles et environnements continuent de créer l’événement.

Et cette année, la palme de la bonne surprise pourrait revenir à la société Royal Consumer Information Products qui vole la vedette à Sharp en lançant un PDA sous Linux quelques mois avant le Zaurus (voir édition du 23 novembre 2001). Comme les appareils sous Pocket PC 2002, le Royal Lin@x exploite un processeur StrongARM 206 MHz, 32 Mo de Ram, 16 Mo de Rom et un écran couleur de 320×240 pixels. Le reste de la configuration matérielle est tout aussi complet : port d’extension au format CompactFlash de type II, port de communication IrDA et interface USB. Sous environnement Pixil, Lin@x est immédiatement opérationnel grâce à ses applications en standard : en plus des applications classiques tels l’agenda, le calendrier, le carnet d’adresses et la calculatrice, sans oublier le clavier virtuel et la reconnaissance scripturale, on trouve un navigateur Web et un lecteur MP3. Le tout pour moins de 300 dollars (337 euros HT). Les iPaq et autres Jornada n’ont qu’à bien se tenir.

Linux a également séduit la société allemande Invair, conceptrice du Filewalker. Sa coque en métal, qui lui donne un aspect “brut de décoffrage”, renferme un StrongARM à 133 MHz, 32 Mo de SDRam, 16 Mo de Rom “flashable” et un écran monochrome de 160×240. Extensions et communications s’appuient sur des ports Multimedia Card, USB et IrDA. Outre les applications classiques, le Filewalker offre la synchronisation avec Outlook, le support de courrier électronique (SMTP et POP3) et une application capable d’afficher des fichiers texte, HTML, PDF, Jpeg et Gif. Absent du CES, ce PDA de 92 grammes seulement sera présenté au salon Cebit de Hanovre en mars prochain et devrait arriver dans les rayons en avril.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur