Les PME fixent leurs prix sur Zeprice.com

Cloud

Zeprice.com, qui permet aux internautes de fixer eux-mêmes le prix qu’ils souhaitent payer pour un voyage ou une location de voiture, étend son domaine d’activité au secteur de l’entreprise et notamment des PME. Une sorte de système d’appel d’offres automatique. Selon ses concepteurs, cela fera gagner de l’argent plutôt que du temps.

Moins de deux mois après son lancement, le site Zeprice.com, qui permet aux internautes de fixer eux-mêmes le prix qu’ils souhaitent payer pour un produit, arrive sur le marché du B to B. Le site Zepricepro.com, qui devrait s’ouvrir dans les prochains jours, proposera ainsi aux PME plusieurs services : voyages, chambres d’hôtel, locations de voiture, univers informatique et fournitures de bureau.

24 heures sont nécessaires entre le moment où l’entreprise fixe ses conditions et la réponse apportée par le site. Toutefois, l’entreprise s’engage à honorer la commande passée. La facturation peut se faire en ligne (Internet ou téléphone), ou tout simplement par voie classique.

Jusqu’à 40 % d’économie pour les PME

Pour Olivier Rieffel, président et cofondateur de Zeprice, c’est essentiellement pour une raison d’économie que les PME se tourneront vers ce type de service et moins pour gagner du temps. “Une PME peut, en passant par Zeprice.com, faire entre 5 et 40 % d’économie.”

La société estime que la branche B to B devrait réaliser 40 % de son chiffre d’affaires d’ici fin 2001 contre 60 % pour le B to C. Zeprice espère convaincre environ 3 000 sociétés d’ici cette date. Jusqu’à aujourd’hui, le site a enregistré 20 000 visiteurs dont seulement 10 % ont passé commande.

Des marchés peu connus des professionnels

Zeprice.com se défend d’être assimilé au concept ? peu convaincant ? de l’achat groupé. Selon Olivier Rieffel, l’achat groupé demandait beaucoup trop de temps entre la commande et la livraison et était très complexe à réaliser. Reste toute de même que la société n’arrive pas au meilleur moment. Priceline.com, qui fonctionne sur le même principe que Zeprice.com, affiche une forte baisse de la croissance de ses ventes de billets d’avion. Mais surtout, la dernière étude du cabinet d’audit et de conseil Amyot-Exco révèle dans La Tribune du 14 novembre que deux tiers des patrons de PME françaises (de 10 à 499 employés) ne connaissent pas l’existence de marchés interprofessionnels sur Internet. Un véritable travail d’éducation attend donc Zeprice.com pour attirer les PME. Un challenge qui pourrait s’avérer délicat en l’absence de fonds. La société attend toujours la clôture de son deuxième tour de table de 30 millions de francs, nécessaires à sa survie.

Pour en savoir plus : Zeprice.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur