Les premières preuves de l’existence d’Echelon

Cloud

Après les révélations d’un officiel australien, des documents prouveraient l’existence réelle d’Echelon, le plus grand réseau d’espionnage jamais mis en place.

Tous sur écoute. Cela fait des années que bruits et rumeurs courent sur l’existence du réseau Echelon, un gigantesque système d’écoute, tant téléphonique que numérique, que les services secrets américains auraient mis en place pour espionner notre vie quotidienne. Un chercheur américain viendrait d’en trouver la preuve dans des documents qu’il a pu compulser grâce à la récente loi américaine Freedom of Information Act qui veut rendre plus transparente l’administration des Etats-Unis. Parmi les résultats de ses recherches qu’il publie sur son site Web, il fait notamment référence à un centre d’écoutes téléphoniques internationales sous la coupe de l’US Navy. Le chercheur se veut toutefois prudent. S’il indique que ces documents “apporte la confirmation par le gouvernement du programme Echelon”, il ajoute que ce que ces documents révèlent n’ont probablement pas la même ampleur illégale que beaucoup de théorie de conspiration à propos d’Echelon l’ont laissé entendre. Mais ce n’est peut-être qu’un début…

L’hiver dernier, un membre du gouvernement australien avait avoué l’existence du réseau Echelon (voir édition du 3 novembre 1999). Il avait confirmé, en substance, que le système Echelon permettait au service chargé de la sécurité du territoire américain (la fameuse NSA, National Security Agency), d’intercepter des centaines de milliers de messages téléphoniques, fax ou électroniques grâce à son propre réseau satellites.

Quelques jours plus tard, une association américaine de défense des libertés civiques (ACLU) a lancé un site d’information sur les activités d’Echelon (voir édition du 17 novembre 1999).

Pour en savoir plus :

* Les documents prouvant l’existence d’Echelon

* Echelon Watch


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur