Les premiers utilisateurs de l’X devront-ils payer pour Puma ?

Cloud

La confirmation non officielle d’un prix fixé pour la mise à jour Puma de Mac OS X est apparue. Apple entendrait faire payer environ 20 dollars, soit 22 euros, ce morceau de code destiné à mettre à niveau son OS du futur. Les premiers utilisateurs pourraient faire les frais de cette politique commerciale, alors qu’ils considèrent avoir largement participé au soutien du développement de l’OS. La colère monte.

Les premiers à avoir adopté Mac OS X vont-ils devoir payer pour passer à la version fonctionnelle de ce système ? Oui, si l’on en croit Bryan Chaffin de The Mac Observer, et pas moins de 20 dollars (22 euros) ! La nouvelle ne fait pas nécessairement sensation puisqu’elle avait été annoncée par Steve Jobs lors de MacWorld New York en juillet dernier au moment de sa présentation d’un premier jet de la nouvelle mouture, Mac OS X 10.1, nom de code Puma (voir édition du 17 août 2001). Mais les utilisateurs pensaient alors qu’il ne s’agirait que d’une “option” et que le logiciel serait téléchargeable. Puma est particulièrement attendue par les premiers utilisateurs de Mac OS X. Pour le moment, le nouveau système s’avère utilisable mais peu réactif dans sa première version commercialisée en mars et mise à jour plusieurs fois. Depuis le printemps, la rumeur puis l’annonce d’une mise à jour majeure excitent la curiosité des premiers clients qui en attendent beaucoup, tant sur le plan fonctionnel que cosmétique.

Il se pourrait toutefois que ces utilisateurs aient à payer ce morceau de code, qu’Apple n’entend pas livrer par le biais de son système de mise à jour en ligne en raison de sa taille (sans doute plusieurs centaines de Mo). La raison de ce choix relèverait essentiellement du marketing : la firme a pour politique commerciale de fournir à ses clients la meilleure “expérience informatique” possible. Or, dans ce dessein, la mise à jour devrait s’effectuer depuis un disque de démarrage, ce qui nécessite une certaine expertise dont ne disposent pas nécessairement tous les utilisateurs d’ordinateurs. En fait, après téléchargement des plusieurs centaines de Mo, il aurait été nécessaire de graver l’image obtenue sur un CD ou de l’enregistrer sur une partition de disque dur. L’autre solution aurait été de mettre à disposition un certain nombre de fichiers de mise à jour. Mais l’installation n’est alors pas supportée par Apple. Quel que soit le cas de figure, une bonne part des utilisateurs se trouveraient lésés. La solution trouvée par la compagnie consisterait donc à fournir un CD-Rom complet et à en faire payer édition, frais d’administration et expédition.

Des pratiques inhabituelles chez Apple

Pour les premiers utilisateurs de Mac OS X, qui souvent ont déjà déboursé 250 francs pour tester la version bêta du système dévoilée lors de l’Apple Expo l’année dernière et qui ont acheté la version commerciale en mars dernier, la perspective d’avoir à mettre à nouveau la main à la poche n’est pas des plus joyeuses. Ces aficionados considèrent en effet s’être investis personnellement dans le développement de l’OS du futur d’Apple en réalisant une remontée d’information essentielle à l’amélioration de son logiciel par la firme. Et Bryan Chaffin d’exprimer l’opinion de plus d’un des premiers utilisateurs : “Si la compagnie faisait payer 4,95 dollars, je ne me mettrais pas dans tous mes états. En fait, si Apple devait nous facturer 10 dollars, je serais beaucoup moins tendu. Ce n’est pas le cas pourtant et Apple cherche vraiment à profiter de cette mise à jour en termes d’espèces sonnantes et trébuchantes. Ce n’est pas juste.” A l’appui de ce sentiment, le fait que le coût de fabrication et d’expédition d’un tel CD-Rom pourrait ne pas dépasser les 35 francs. La firme de Cupertino se préparerait donc à en encaisser trois fois le prix ! Des pratiques jamais vues de mémoire de passionnés, qui ont toujours pu passer des versions initiales de leurs systèmes numérotés x.0 ou x.5 à des versions x.1 ou x.6 sans avoir à débourser un centime. Si Apple s’inspire des méthodes de facturation de Microsoft (voir édition du 25 juillet 2001), ses clients ne seront sans doute pas prêts à la suivre. Le site de réaction à l’utilisation de Mac OS X sert déjà de relais au mécontentement des premiers utilisateurs…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur