Les professionels du BTP sensibilisés à l’usage du certificat électronique

Cloud

Avec son outil dédié ChamberSign, les CCI incitent les artisans et PME du
secteur à explorer le potentiel des procédures dématérialisées.

Les entreprises du secteur du BTP, composées essentiellement d’artisans et de PME, sont sensibilisées à l’usage du certificat électronique. En particulier le certificat Fiducio proposé par ChamberSign France. Cet outil de référence des Chambres de commerce et d’industrie (CCI) a le statut d’autorité de certification. L’objectif étant de développer les échanges en ligne entre les entreprises mais aussi entre les entreprises et les administrations.

“La prestation est payante : elle est facturée 80 euros HT par an. Elle est multi-usage : les entreprises utilise le certificat électronique pour les appels d’offre, pour la déclaration de la TVA mais également pour des applications professionnelles du type suivi de chantiers”, indique Olivier Demilly, délégué général adjoint de ChamberSign France.

Le secteur du BTP regroupe 300 000 entreprises dont 94% ont moins de dix salariés et compte plus d’un million d’actifs pour un chiffre d’affaires de près de 105 milliards d’euros, d’après les chiffres de la Fédération française du bâtiment. “Pour sensibiliser les acteurs du BTP au certificat électronique notamment dans le cadre des appels d’offres, Chambersign organise des réunions régulières entre les collectivités et les entreprises. L’idée est de présenter les différentes plates-formes proposées par les collectivités. Pour la déclaration de la TVA, c’est le MINEFI (Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie) qui met une plate-forme à disposition des entreprises”, précise Olivier Demilly.

ChamberSign met en avant quelques exemples d’entreprises ayant sauté le pas en matière de certification électronique. C’est le cas de Del Toso, une entreprise familiale créée en 1974 spécialisée dans le carrelage et les revêtements ruraux. Cette PME a été sensibilisée à l’intérêt du certificat numérique via le portail E-Bourgogne, plate-forme de dématérialisation des marchés publics du Conseil régional de Bourgogne. L’utilisatrice du certificat dans l’entreprise, la secrétaire comptable, se rend sur le portail pour récupérer des lots dans le cadre d’appels d’offre et utilise le certificat pour y répondre en ligne.

Edibuild prend son bâton de pélerin

Dans le secteur des travaux publics, il est nécessaire de rendre la dématérialisation accessible à toutes les entités locales professionnelles. “Il est important que les entreprises du secteur se mettent au certificat électronique : en 2010 les collectivités pourront exiger la réponse électronique aux appels d’offre sur les marchés publics”, insiste Olivier Demilly.

Des structures fédératives sont élaborées pour faciliter la prise en main de ces outils dématérialisés. Ainsi, Colas, filiale du groupe Bouygues spécialisée dans la construction des routes, assure la présidence d’Edibuild. Cette structure paritaire, regroupant les acteurs de la dématérialisation dans le BTP, la FNTP (Fédération Nationale des Travaux Publics) et le Minefi, promeut l’adoption des normes européennes et internationales en matière de dématérialisation au sein de la profession.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur