Les puces Intel refusées au Liban

Mobilité

Les douanes libanaises ont bloqué une quinzaine de containers de produits contenant des puces Intel en vertu d’une loi qui interdit de commercer avec les entreprises liées à Israël.

AMD doit se frotter les mains. Les autorités libanaises ont remis au goût du jour une vieille loi qui interdit l’importation de produits d’entreprises ayant des liens commerciaux avec son voisin israëlien, a annoncé, samedi 11 décembre, le quotidien libanais As-Safir. Intel a tissé des liens étroits avec Israël et y fabrique des composants. Cela ne l’avait pas empêché jusqu’à présent de vendre sans aucune difficulté ses produits au Liban. Selon As-Safir, les puces d’Intel sont présentes dans 80% des ordinateurs utilisés au Liban. Les douaniers ont mis près de 30 ans à se rendre compte qu’Intel figure sur la liste des entreprises bannies du Liban. De nombreux pays arabes ont adopté des lois similaires depuis des décennies, mais personne ne les applique plus depuis longtemps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur