Les résultats en demi-teinte du Pentium 4

Mobilité

Sorti lundi 20 novembre sur le marché, le Pentium 4 a déjà fait l’objet de nombreux tests. Doué pour la vidéo et le jeu, le nouveau processeur d’Intel se révèle décevant pour les applications courantes et le calcul de rendu 3D notamment.

A peine sorti, le Pentium 4 a fait l’objet de nombreux tests, sous la torture des benchmarks comme en usage réel. Et la plupart de comptes-rendus convergent pour affirmer que le P4 tient ses promesses sous Quake III, où il atteint, chez AnandTech, 191 images/secondes dans sa version 1,5 GHz et 188 en 1,4 GHz contre 170 i/s pour l’Athlon 1,2 GHz et 151 pour le Pentium III 1 GHz. La vélocité du nouveau processeur Intel se révèle probante également en calcul de compression Mpeg-4 pour le format DivX. Selon le site américain Tom’s hardware guide, le P4 1,4 GHz génère jusqu’à 18 images/seconde (19 pour la version 1,5 GHz) contre 15,2 pour l’Athlon 1,2 GHz équipé de DDR-DRam 133.

Le rendu 3D meilleur sous l’Athlon

Mais en calcul à virgule flottante, notamment utilisé pour générer du rendu 3D, le P4 se révèle décevant. Toujours selon le Tom’s hardware guide, l’Athlon atteint 150 pics par heure en calcul sous 3DS Max tandis que le P4 en obtient 80. Même le PIII fait mieux avec 5,7 pics/h supplémentaires. Ces résultats décevants se retrouvent dans l’utilisation d’applications courantes de bureautique. “Nous voyons que dans la plupart des tests, l’Athlon couplé à de la DDR remporte la palme”, juge Présence-PC.

Ces mauvais résultats viendraient notamment de l’hyper pipeline. Le P4 est équipé de 20 pipelines, le double du PIII. Le doublement du nombre d’étapes de traitement d’une instruction permet de traiter plus de commandes à la suite, sans avoir à attendre la fin d’exécution des précédentes. Mais en cas d’erreur, le processeur doit gérer plus d’allers-retours et se voit donc ralenti dans son traitement.

Mais si l’allongement d’un pipeline le rend moins efficace, il permet d’augmenter durablement la fréquence du processeur. “Le P4 est donc pensé dans le long terme”, selon Dean McCarron, analyste au cabinet Mercury Research. Comme le Pentium Pro à ses débuts en 1995, le P4 vise l’augmentation faramineuse de fréquence. En attendant les mythiques 10 GHz, un processeur à 2 GHz est d’ores et déjà programmé pour le troisième trimestre 2001.

Les joueurs dans le collimateur

Avec le P4, Intel semble plus viser les joueurs exigeants et les vidéastes en herbe que les utilisateurs d’applications bureautiques qui, il est vrai, n’ont pas besoin d’autant de puissance. Mais les “allumés” de Quake seront-ils prêt à dépenser plus de 5 000 francs pour jouer à leur jeu préféré ? C’est en effet le prix du processeur en version 1,4 GHz auquel il faudra ajouter celui d’une carte mère puisque le socket 370 disparaît au profit du 423.

Certes, c’est bientôt Noël mais il nous semble inutile de se précipiter sur un processeur qui ne déploiera toute sa puissance que dans plusieurs mois avec l’apparition des premières applications optimisées pour son nouveau jeu d’instructions multimédia (voir édition du 20 novembre 2000). De plus, son coût élevé devrait baisser au fil des mois, notamment en se débarrassant de la coûteuse mémoire Rambus, à l’avenir incertain, pour la plus économique DDR. Opération prévue pour Noël… 2001.

Pour en savoir plus :

* Le test de Mercury (en anglais)

* Le site de TomsHardware (en anglais)

* Les tests d’AnandTech (en anglais)

* Une page de liens vers des sites de tests


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur