Les scientifiques britanniques vantent les mérites du graphène

Mobilité

Selon les chercheurs de l’université de Manchester, les structures en graphène se prêteraient idéalement aux nouvelles technologies d’écran.

Des chercheurs de l’université de Manchester ont mis au point de petits dispositifs à cristaux liquides avec des électrodes en graphène. L’innovation ouvre la voie à des écrans d’ordinateur et de télévision basés sur la technologie de conducteur électrique de nouvelle génération.

Le graphène a été découvert à l’université de Manchester en 2004 par le professeur Andre Geim et le Dr Kostya Novoselov de la Royal Society. Il s’agit d’une structure d’atomes de carbone dont l’épaisseur correspond à un atome et qui ressemble à un grillage.

L’équipe de chercheurs a démontré qu’il était possible de produire à moindre coût des couches ultra-minces extrêmement transparentes et conductrices en “dissolvant” des blocs de graphite dans du graphène et en pulvérisant la suspension obtenue sur des surfaces en verre. Les couches de graphène ainsi obtenues peuvent être utilisées dans des écrans LCD et, pour démontrer le concept, l’équipe de chercheurs a testé les premiers dispositifs à cristaux liquides avec des électrodes en graphène.

Dans les Nano Letters de l’American Chemical Society, le Dr Novoselov explique comment la haute transparence du graphène et sa faible résistivité en faisaient un composant idéal pour les électrodes utilisés dans les appareils à cristaux liquides.

Le graphène ne mesure qu’un atome d’épaisseur, il est transparent, chimiquement inerte et parfaitement conducteur”, explique le scientifique. “Ces propriétés font de ce matériau une solution idéale pour les différents appareils électro-optiques qui nécessitent des couches fines, conductrices et transparentes. Nous pensons que le graphène peut améliorer la longévité et simplifier la technologie des appareils électroniques potentiels qui interagissent avec la lumière.”

Selon le professeur Geim, la technologie sous-jacente utilisée pour les écrans actuels utilise de fines couches d’oxyde métallique à base d’indium qui devient de plus en plus rare et cher. “Oubliez le pétrole. Notre civilisation va d’abord manquer d’indium. Les scientifiques doivent de toute urgence trouver de nouveaux types de couches transparentes conductrices”, a-t-il déclaré.

Des chercheurs de l’université de Manchester ont mis au point de petits dispositifs à cristaux liquides avec des électrodes en graphène. L’innovation ouvre la voie à des écrans d’ordinateur et de télévision basés sur la technologie de conducteur électrique de nouvelle génération.

Le graphène a été découvert à l’université de Manchester en 2004 par le professeur Andre Geim et le Dr Kostya Novoselov de la Royal Society. Il s’agit d’une structure d’atomes de carbone dont l’épaisseur correspond à un atome et qui ressemble à un grillage.

L’équipe de chercheurs a démontré qu’il était possible de produire à moindre coût des couches ultra-minces extrêmement transparentes et conductrices en “dissolvant” des blocs de graphite dans du graphène et en pulvérisant la suspension obtenue sur des surfaces en verre. Les couches de graphène ainsi obtenues peuvent être utilisées dans des écrans LCD et, pour démontrer le concept, l’équipe de chercheurs a testé les premiers dispositifs à cristaux liquides avec des électrodes en graphène.

Dans les Nano Letters de l’American Chemical Society, le Dr Novoselov explique comment la haute transparence du graphène et sa faible résistivité en faisaient un composant idéal pour les électrodes utilisés dans les appareils à cristaux liquides.

Le graphène ne mesure qu’un atome d’épaisseur, il est transparent, chimiquement inerte et parfaitement conducteur”, explique le scientifique. “Ces propriétés font de ce matériau une solution idéale pour les différents appareils électro-optiques qui nécessitent des couches fines, conductrices et transparentes. Nous pensons que le graphène peut améliorer la longévité et simplifier la technologie des appareils électroniques potentiels qui interagissent avec la lumière.”

Selon le professeur Geim, la technologie sous-jacente utilisée pour les écrans actuels utilise de fines couches d’oxyde métallique à base d’indium qui devient de plus en plus rare et cher. “Oubliez le pétrole. Notre civilisation va d’abord manquer d’indium. Les scientifiques doivent de toute urgence trouver de nouveaux types de couches transparentes conductrices”, a-t-il déclaré.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur