Les spywares restent méconnus dans les entreprises

Cloud

Une étude de Trend Micro révèle que les salariés connaissent l’existence des logiciels espions mais pas leur mode de fonctionnement.

Si le phénomène des logiciels espions est bien connu des salariés des entreprises, leur mode de fonctionnement reste en revanche encore ignoré d’un trop grand nombre de personnes. Si 87 % des utilisateurs en entreprises sont sensibilisés au problème des spywares, plus de la moitié (53 %) souhaitent davantage d’information, selon une étude de Trend Micro menée en juillet 2005 auprès de plus de 1 200 salariés d’entreprises (grands comptes et PME) américaines, allemandes et japonaises.

De plus, sur l’ensemble des salariés qui pensent avoir rencontré un agent malveillant de ce type dans leur environnement professionnel, seuls 45 % estiment en avoir été réellement victimes. “La sensibilisation au problème du spyware ne s’accompagne donc pas des connaissances suffisantes pour détecter son infiltration, qui se produit en général à l’insu de l’utilisateur”, note l’éditeur de solutions de sécurité dans le résumé de son étude.

Les salariés veulent être informés

Du coup, les salariés sont demandeurs d’informations auprès de leur service informatique. Au Japon, “64 % des utilisateurs considèrent que leur service informatique devrait les informer davantage sur les spywares”, révèle l’étude, contre 52 % aux Etats-Unis et 45 % en Allemagne. Pourtant, c’est bien aux Etats-Unis que les logiciels espions sévissent le plus – du moins dans les esprits des utilisateurs. “Il semble que l’impact des spywares soit plus important aux États-Unis, où 40 % des personnes consultées les ont rencontrés dans leur travail, contre 14 % au Japon et 23 % en Allemagne.” Et, dans tous les cas, les salariés des PME tombent plus souvent dans le piège des spywares que ceux des grandes entreprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur