Les standards ouverts sont plus importants que l’open source

Mobilité

Protéger les utilisateurs du risque de cloisonnement induit par les formats
propriétaires est primordial.

Le récent eForum qui se tient à Westminster a été le théâtre de débats considérables autour de l’adoption et l’utilisation d’applications open source par les gouvernements, les organisations et les particuliers. En dépit des points de vue contradictoires, un message était clair : les standards ouverts sont primordiaux pour la protection des consommateurs et stimule l’industrie du logiciel.

Le député John Pugh, porte-parole du parti Libéral spécialiste des questions liées à la Santé, a déclaré que les logiciels libres et propriétaires partageaient les pours et les contres mais qu’il n’y a “pas de débat possible contre l’utilisation des standards ouverts“. Il a expliqué que sans ouverture des standards, reste “le problème des risques de servitude auprès des fournisseurs et d’enfermement [à un format] souvent pendant plusieurs décennies.”

Il a ajouté que tourner le dos aux standards ouverts est, pour l’industrie, une démarche rétrograde. John Pugh envisage une approche mixe à travers laquelle les consommateurs choisissent la suite applicative qui leur convient le mieux en termes de fonctionnalités, accessibilité, coûts et support.

Nick McGrath, directeur de la stratégie plate-forme chez Microsoft, a fait écho à l’intervention du député en s’accordant à dire qu’il est préférable de se concentrer sur les utilisateurs plutôt que sur la technologie. La plupart des organisations sont en quête de l’approche la plus pragmatique dans leurs choix d’applications, selon Nick McGrath, et nombreuses sont celles qui se retrouvent avec un environnement mixte. Il ajoute que les consommateurs choisissent les produits Microsoft parce qu’il offre “un standard et une interface simple à utiliser, du support et du service“. Si Nick McGrath reconnaît que l’open source possède de bonne applications il croit que le modèle failli à fournir des plates-formes complètes aux utilisateurs.

Cependant, Michel Kahn, responsable communication chez Specsavers, déclare que que le discours du représentant de Microsoft “propage une idée fallacieuse selon laquelle on ne peut pas trouver d’application libre qui fonctionne“. Michel Kahn a présenté la façon dont sa société utilise presque exclusivement des solutions open source dans ses magasins, ses bureau et ses centres de données partout dans le monde comme le meilleur moyen de garantir l’usage de standards ouverts et l’interopérabilité, ainsi que d’économiser de l’argents sur le coût des licences.

Mark Taylor, président de l’Open Source Consortium (OSC) a alors porté le débat sur les bénéfices dont pourrait tirer parti le secteur public à adopter l’open source. “Les avantages sont très clairs. L’open source fonctionne, tout simplement. Il adhère aux standards ouverts et assure une excellente interopérabilité“, a t-t-il déclaré. “L’une des raisons pour lesquelles les organisations choisissent le libre tient dans les avantages qu’elles recherchent à travers les nouveaux logiciels, qu’ils soient propriétaires ou non.”

Alan Cox, de Red Hat, a conclu l’eForum en estimant que les standards ouverts sont vitaux pour la démocratisation de la technologie et “remettent du contrôle entre les mains des utilisateurs“.

Adaptation d’un article de Vnunet.com en date du 13 septembre 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur