Les start-up se vendent sur e-repreneurs

Cloud

Le marché de la net-économie se restructure, se consolide. Les sociétés à court d’argent ou à court d’idées s’essoufflent. Avant de boire la tasse, il peut être judicieux de passer la main. Difficile d’annoncer ouvertement que l’on souhaite vendre, notamment pour l’image de marque. Devant l’absence de circuit spécialisé sur le secteur d’Internet, la société e-repreneurs a imaginé une plate-forme où se rencontrent repreneurs et vendeurs.

e-repreneurs se définit comme place d’intermédiation. Jusqu’ici rien de bien nouveau puisque c’est véritablement la définition de toute plate-forme e-commerce dont le but est de rassembler, sur le Net, acheteurs et vendeurs. Reste qu’e-repreneurs propose pourtant un concept original. Cette plate-forme réunit en effet des sociétés dont le profil est uniquement Internet et qui souhaitent vendre leur capital à des sociétés de l’ancienne ou de la nouvelle économie.

En ces temps de vaches maigres, notamment pour nombre de start-up, la plate-forme en ligne peut être un bon débouché. Que la start-up soit une simple coquille vide ou non, son avenir est tracé ; mais à deux conditions. Premièrement qu’elle ne soit pas en dépôt de bilan ou en cessation de paiement et deuxièmement que le prix demandé corresponde au potentiel et à son chiffre d’affaires. e-repreneurs propose d’ailleurs d’auditer l’entreprise afin de déterminer son meilleur prix de cession.

e-repreneurs s’octroie un pourcentage sur le montant de la vente

La personne qui décide de vendre sa société doit céder tout ou partie de son capital. Mais en tout état de cause le repreneur sera majoritaire. Côté client, la société ne paie aucune inscription à la plate-forme, mais s’engage à ne pas se vendre ailleurs pour une durée de 5 à 6 mois. Toutefois, en cas de vente, elle reversera un pourcentage à e-repreneurs. Un pourcentage qui est calculé sur l’échelle de Lehmann. C’est-à-dire 5 % pour une cession jusqu’à 10 millions de francs et 3 % pour une vente allant de 10 à 20 millions de francs. Les repreneurs doivent, quant à eux, s’inscrire en ligne pour consulter les annonces. Le modèle arrêté aujourd’hui par e-repreneurs est un forfait de 6 mois permettant une consultation illimitée pour 8 000 francs. Fin janvier, la société prévoit de vendre la consultation d’une annonce pour 2 000 francs.

“L’inscription s’explique notamment par le fait que nos annonces sont confidentielles et exclusives”, explique Grégoire Peiron, un des cofondateurs d’e-repreneurs. Et d’ajouter qu'”aujourd’hui, il existe des sources spécialisées sur la reprise de sociétés, mais aucune publication n’existe dans le domaine d’Internet”.

La société qui s’est créée il y a deux mois compte aujourd’hui 8 sociétés clientes et 3 repreneurs. Elle espère répondre à un réel besoin du marché. D’un côté des entrepreneurs qui arrivent au bout de leur développement, soit par manque de temps soit par manque d’argent, et de l’autre, des sociétés qui veulent passer à l’ère d’Internet sans avoir à réinventer la roue.

Pour en savoir plus : Le site d’e-repreneurs


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur