Les tablettes tactiles, nouvelles coqueluches des PME américaines

EntrepriseMobilitéTablettes
tablette Terra Pad 1051

Outre-Atlantique, 73% des PME de moins de 1000 salariés envisageraient d’équiper tout ou partie de leur personnel en tablettes tactiles.

Le consensus leur promettait un usage restreint à la sphère domestique. Les tablettes se font désormais fortes d’une présence ostentatoire en milieu professionnel. Les trois quarts des PME américaines songeraient à en équiper leurs salariés au cours de l’année 2012.

Ainsi s’évoquent les conclusions du NPD Group, des suites d’une enquête conduite au cours du troisième trimestre 2011.

Au précédent pointage, estival en l’occurrence, ces entreprises de moins de 1000 salariés étaient 68% à se prononcer en faveur de l’octroi à leur personnel d’une ardoise tactile.

Au même titre que l’investissement financier envisagé qui en résulte, les velléités des diverses entités sondées pour l’occasion sont fonction de la masse salariale.

Ainsi, seuls 54% des petites PME de moins de 50 salariés se montrent séduites à l’idée d’introduire, au sein du poste de travail conventionnel, un écran tactile connecté.

Cette relative réticence trouve écho en l’allocation de moindres fonds dans cette optique : moins de 2000 euros en moyenne, de quoi compter ses achats sur le bout des doigts.

A contrario, les structures de 500 à 999  employés sont 89% à percevoir en cette invasion inopinée des opportunités à hauteur de 38479 dollars d’investissement… quitte à céder à la consumérisation des plates-formes mobiles (ou BYOD, pour “Bring Your Own Device”).

A cet égard, de nombreux salariés affirment leur intention d’acquérir, généralement sans l’avis préalable de leur employeur, une tablette sur les douze mois à venir.

Un credo, toutefois : l’hybridité. Un tel terminal doit être habilité à un large éventail d’usages qui allie, d’une part, le divertissement dans le cadre du foyer connecté et de l’autre, des applications d’ordre professionnel.

Au jeu de la polyvalence, l‘iPad tire son épingle du jeu pour tenir le rôle de vedette encore incontestée, alors même que l’esprit commun lui reconnaît une intégration peu optimale, voire hasardeuse aux réseaux d’entreprise, ainsi que de criantes limitations techniques, notamment au chapitre de l’interactivité.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur