Les utilisateurs Mac réagissent contre la FIFA

Cloud
Information - news

Que l’on soit sur Mac ou sous Linux, il est impossible de visionner les vidéos de résumé de chaque match de la Coupe du monde diffusé par le site de la Fifa. Les utilisateurs exclus ont décidé de faire connaître leur mécontentement en publiant une pétition en ligne. Ce qui ne devrait pas tellement gêner la Fifa, dont le site a déjà atteint les 464 millions de pages visitées !

Une toute petite partie du site Internet de la FIFA n’est accessible qu’aux utilisateurs sous Windows (voir édition du 31 mai 2002). Aussi minuscule soit-elle, cette partie réservée a déjà fait couler beaucoup d’encre ! Le service en question, payant, diffuse après chaque match 4 minutes de résumé en streaming vidéo au format Windows Media 7. Ce qui exclut non seulement les adeptes du Mac mais aussi ceux de Linux ou d’Unix. Vivement critiquée, la FIFA s’est défendue en expliquant que “5 % d’un marché est malheureusement trop peu pour justifier les investissements qui auraient été nécessaires pour les utilisateurs Mac”. Un des responsables des relations avec les média, Nicolas Maignot, a indiqué que “le problème auquel vous faites référence est une décision commune prise par la FIFA et Yahoo”. Ce dernier, fournisseur du contenu et de la solution pour le compte de la FIFA, n’a toujours pas expliqué sa décision de laisser sur la touche les quelque 25 millions d’utilisateurs de Mac et les quelques millions d’utilisateurs d’autres systèmes d’exploitation.

Les exclus ont réagi rapidement et fermement. Un groupe d’aficionados du Mac a publié une pétition en ligne exigeant que la FIFA reconsidère sa position avant la finale de la Coupe et fournisse un “accès égal entre les plates-formes pour la Coupe du Monde. (…) Outre le fait que vous blessez notre communauté, vous vous faites du tort à vous-même. Il est inutile de rappeler que si seulement un faible pourcentage des utilisateurs snobés avait acheté un accès, cela impliquerait des millions en termes de revenus”. La pétition, lancé sur Internet le 11 juin 2002, a déjà été signée par près de 700 supporters. “Faites le bon choix et permettez à tous les utilisateurs d’ordinateurs de voir vos contenus. Peut-être que s’il s’agissait d’un service gratuit, ce refus d’accès à certaines personnes n’aurait pas été une question si importante. Mais ce n’est pas le cas. Vous n’autorisez pas certains utilisateurs à payer pour utiliser vos services par un acte de discrimination envers des plates-formes ? il y a de nombreux formats de media qui pourraient facilement permettre à toutes les plates-formes de visionner des contenus”.

La vraie question des standards du Web

Au-delà de ce bras de fer, et à l’occasion d’évènements comme la coupe du monde, se révèlent les vrais problèmes levés par les choix technologiques réalisés sur les sites Internet. Ne pas fournir de contenu compatible avec l’ensemble des plates-formes utilisées, c’est se mettre à dos une partie d’une audience potentielle. Le mouvement en faveur de l’utilisation de technologies standardisées forme une sorte de gage pour un Web ouvert à tous. Pour le moment, ce sont surtout les technologies leader et propriétaires qui orientent les décisions technologiques. Le choix de la standardisation apparaît aujourd’hui comme un gage de probité et d’égalité. Deux valeurs bien connues du monde du sport. La FIFA l’apprend peut-être trop tard et sans doute aussi à ses dépens.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur