Les ventes d’iPhone plus stimulantes que celles des iPod et des Mac

MobilitéSmartphones

Apple reste confiant en présentant ses résultats trimestriels. Malgré les problèmes de santé de son PDG et un environnement morose.

Apple garde le cap même si la “marque à la pomme”  risque de souffrir de l’absence de son P-DG Steve Jobs, qui a décidé de prendre un congé pour des raisons de santé jusqu’en juin.

Mais cela n’empêche pas Apple d’enregistrer “le meilleur chiffre d’affaires trimestriel de son histoire” (une formule désormais systématiquement reprise dans les communiqués de la société”), malgré la crise.

Pour le premier trimestre de son année fiscale 2009, la firme de Cuppertino affiche un chiffre d’affaires de 10,1 milliards de dollars (contre 9,6 milliards à la même période un an plus tôt).

Les ingrédients de cette réussite sont connus. Ce sont les produits stars de la marque à la pomme : iPhone, iPod et bien sûr le Mac. Même si l’on a ressenti un certain recul dans les annonces de produits vraiment innovants effectuées dans le cadre du Macworld Expo en début d’année.

Au cours du trimestre qui vient de s’achever, Apple a écoulé 4,3 millions de smartphones à écran tactile (88% de plus qu’au premier trimestre de l’année fiscale 2008). Des ventes boostées par l’arrivée de l’iPhone 3G en juillet 2008 (voir dossier spécial sur Vnunet.fr).

Côté iPod, les ventes se maintiennent. Quel que soit le modèle (nano, touch, classique…), Apple a écoulé 22,7 millions d’iPod au cours du dernier trimestre (22,1 millions d’iPod vendus au premier trimestre de l’année fiscale 2008). Entre stagnation et tassement, difficile de commenter une réelle tendance pour les ventes de Mac : 2,6 millions de Mac écoulés, contre 2,3 millions il y a un an.

Santé de Steve Jobs : la SEC intriguée par la communication
Selon Bloomberg, la Securities and Exchange Commission serait en train d’étudier la façon dont Steve Jobs a communiqué sur son état de santé. Le gardien de la Bourse américaine cherche à savoir si les éléments transmis au public n’auraît pas induit en erreur les investisseurs. Après avoir évoqué un simple déséquilibre hormonal, Steve Jobs a évoqué neuf jours plus tard des “problèmes plus complexes”.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur