Les virus pour téléphones mobiles se multiplient

Mobilité

L’augmentation des virus pour mobiles serait plus rapide que celle des codes malveillants pour ordinateurs, selon McAfee.

Selon une étude menée par l’éditeur de logiciels de sécurité McAfee, les virus prolifèrent plus rapidement sur les appareils mobiles que sur les plates-formes PC. Ce constat s’appuie sur une comparaison du nombre de virus pour mobiles identifiés depuis 2004 (plus de 200 à ce jour) avec le nombre de virus pour ordinateurs apparus depuis 1990.

“Nous ne voulons pas surestimer la menace, il ne s’agit pas d’une épidémie”, tempère Drew Carter, responsable produits de la division Mobile Initiatives de McAfee. “Cependant, cette croissance est plus rapide que pour les PC. Si la tendance se poursuit à ce rythme, nous allons nous retrouver rapidement dans une situation similaire à celle qui existe sur le marché des ordinateurs.” Drew Carter a également souligné l’évolution similaire du monde des virus pour mobiles, composé d’un petit nombre de codeurs qualifiés et de plus nombreux script kiddies, de jeunes pirates qui se contentent d’adapter les codes de leurs aînés.

Un outil de détection des virus mobiles

Pour surveiller l’évolution cette nouvelle menace, McAfee a mis en place des groupes de recherche dédiés et a lancé un outil de détection des virus pour mobiles. Celui-ci est pour le moment assez basique puisqu’il s’appuie sur des fichiers de signature, mais l’éditeur espère pouvoir ajouter, dans les prochaines versions, une méthode de recherche heuristique qui permettra de repérer un code malveillant en fonction de son comportement.

D’autres éditeurs de logiciels antivirus proposent également des offres dédiées aux mobiles et aux services de téléphonie des entreprises. Le constructeur Ericsson s’est ainsi engagé à commercialiser la solution de sécurité de Trend Micro.

“Avec l’augmentation des capacités des smartphones, il devient plus important pour les entreprises de se protéger des problèmes de sécurité croissants que posent ces appareils”, estime Katarina Löweberg, directrice des applications mobiles d’Ericsson Enterprise. “Pour la première fois, les opérateurs mobiles ont la possibilité de proposer à leurs entreprises clientes une gestion centralisée de la protection des smartphones contre les codes malveillants comme les spams SMS et les virus.”

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du 17 février 2006)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur