Les vraies nouveautés de Mac OS X v.10.1

Cloud

Il aura fallu six mois à Apple pour stabiliser et optimiser son nouveau système, Mac OS X. Outre le gain de performances, la version 10.1 propose de nombreuses nouveautés fonctionnelles et applicatives.

Commençons par les applications. Principale nouveauté visible dans le dossier Application, Acrobat Reader 5. C’est la première fois que la version 5 d’Acrobat est installée en standard sur les Mac. Voilà qui évite d’utiliser les versions classiques (sous Mac OS 9.1) et remplace avantageusement l’application Preview d’Apple, au fonctionnement limité et peu pratique. Les applications grand public iTunes et iMovie sont installées par défaut. Maintes fois exhibé par Steve Jobs, le lecteur de DVD vidéo est enfin disponible. On n’oubliera pas de citer AirPort. Mac OS X v.10.1 peut maintenant utiliser la technologie sans fil Apple. Pour les internautes, Internet Explorer est en version 5.1 finale, la version précédente étant une simple préversion. Il s’agit d’une version “carbonisée”, ce qui explique peut-être une réactivité somme toute moyenne. En revanche, le butineur de Microsoft se révèle d’une stabilité exemplaire. Reste que les utilisateurs exigeants préféreront peut-être utiliser un navigateur natif Mac OS X (Cocoa) tel OmniWeb. Côté entretien et gestion des disques durs, l’application Disk Utility, en plus des fonctions de formatage et de partitionnement, peut désormais gérer les systèmes RAID.

De nouvelles préférences

Quelques fois critiquées, les préférences système ont été partiellement modifiées. Tout d’abord, la présentation n’est plus aussi anarchique mais organisée par catégories (Personnel, Matériel, Internet et Réseau, Système). La réelle nouveauté est l’ajout de la préférence “Accès universel”, qui facilite l’emploi des raccourcis clavier et de la souris. Par exemple, pour réaliser une combinaison de touches, on peut demander à l’Accès universel qu’une ou plusieurs touches de “commandes” (Pomme, Option, Contrôle, Majuscule) restent en mode “enfoncé” sans que l’on ait vraiment à les maintenir du bout des doigts. Concernant la souris, on peut configurer cette nouvelle Préférence pour déplacer le curseur à l’aide du pavé numérique.

Le Dock n’évolue quasiment pas. L’unique nouveauté est la possibilité de le placer en bas, à gauche ou à droite de l’écran. Cette fonction était en réalité déjà présente dans les versions antérieures, mais cachée. En revanche, le Finder est le composant système qui évolue le plus. La première évolution concerne la présentation des fichiers en colonnes. L’utilisateur a maintenant la possibilité de modifier la taille de ces colonnes. Par défaut, quand on modifie la largeur d’une colonne, la modification se répercute aux autres colonnes de la fenêtre. Pour modifier une seule et unique colonne, il faut enfoncer la touche Option puis ajuster la largeur. Autre nouveauté, les icônes d’état. Ces icônes ressemblent aux modules de réglages de Mac OS 9. Ils s’affichent en haut à droite de l’écran. Pour le moment, on dispose des icônes de la connexion modem, des moniteurs, du volume sonore, de la qualité de connexion sans fil d’AirPort, de l’horloge et du niveau de batterie (uniquement sur les portables).

Copier/Coller dans le Finder

La nouvelle fonction copier-coller au niveau du Finder est sans aucun doute la plus intéressante et la plus utile de Mac OS X v.10.1. En l’absence d’ouverture automatique des dossiers, l’utilisateur de Mac OS X devait ouvrir plusieurs fenêtres pour effectuer des copies de documents. Désormais, on sélectionne le ou les documents, on les copie via le classique raccourci clavier “Pomme-C”, puis on colle les éléments dans le répertoire désiré, par la non moins classique combinaison de touches “Pomme-V”. Et en cas d’erreur, on peut annuler la copie par un simple “Pomme-Z”.

Notons enfin que, peut-être pour paraître moins Unix et plus Mac OS, Apple a décidé de cacher les extensions des fichiers, les trois petites lettres après le nom du document (.doc, .pdf, etc.). Avec la v.10.1, Apple laisse le choix d’afficher le nom des fichiers avec ou sans extension. Quand on sauvegarde un document, il suffit de cocher ou non l’option. Si on souhaite par la suite afficher les extensions, l’option est disponible dans la fenêtre Infos (voir édition du 20 septembre 2001).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur