Levée de fonds : Microsoft aurait massivement investi dans Uber

EntrepriseLevées de fonds
gardes-a-vue-uber-france
5 40

La valorisation d’Uber dépasserait les 50 milliards de dollars avec une nouvelle levée de fonds impliquant Microsoft.

Uber, start-up présente dans le secteur des transports de personnes en VTC (véhicules de transport de particuliers), multiplie les levées de fonds sur un rythme effréné.

En juin et décembre derniers, elle a ainsi réalisé des tours de table d’un montant global de 2 milliards de dollars. Elle s’apprêterait désormais à lever un autre milliard de dollars, selon le Wall Street Journal et le New York Times.

Cette énième levée de fonds permettrait à Uber d’atteindre une valorisation de 51 milliards de dollars. Cela la positionnerait comme la start-up la mieux valorisée au monde, juste devant Xiaomi, fabricant chinois de smartphones, valorisé à 45 milliards de dollars et Airbnb dont la valorisation dépasserait les 24 milliards de dollars.

Elle rejoindrait ainsi Facebook, qui est l’autre société à avoir crevé ce plafond de verre des 50 milliards de dollars de valorisation. C’était en mai 2012, juste avant son introduction en bourse.

Dans le panel d’investisseurs, on trouverait Microsoft avec 100 millions de dollars d’investissement, selon Bloomberg.

Rien de bien étonnant, puisque des rapprochements ont été récemment opérés entre les deux sociétés. En juin dernier, on apprenait ainsi que la firme de Redmond avait vendu une portion de sa division cartographie Bing à Uber avec notamment le transfert de 100 employés spécialisés dans le domaine. Il a aussi été convenu d’intégrer Uber dans Cortana, l’assistant vocal de Windows Phone et de Windows 10.

Microsoft n’est d’ailleurs pas le seul géant de la sphère IT à s’intéresser de près à la société cofondée et dirigée par Travis Kalanick. La société IT chinoise Baidu a aussi investi dans Uber lorsque la start-up était valorisée à 40 milliards de dollars à hauteur d’un montant proche de 600 millions de dollars.

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, a aussi investi de l’argent dans la start-up en 2011. Parmi les investisseurs de renom, on trouve également Google Ventures, qui l’a soutenue à hauteur de 258 millions de dollars en 2013. C’était avant que la la société Internet ait commencé à tester sa propre application pour le covoiturage destinée pour l’instant à ses employés californiens.

Cette soif de cash vise à alimenter son expansion à travers le monde. Notamment en Inde, où la société de services de transport de particuliers prévoit de couvrir plus de villes (18 actuellement) pour en découdre avec Ola, son principal concurrent sur ce territoire.

Mais la priorité n’en reste pas moins son développement en Chine, pays dans lequel elle doit faire face à un concurrent de taille nommé Didi Kuaidi. Ce dernier, qui a éclos en février dernier suite à un rapprochement entre Didi Dache et Kuaidi Dache, deux entités respectivement contrôlées par Alibaba et Tencent avant la fusion, a actuellement le quasi monopole dans le domaine en Chine.

Il faut dire que le pays représente un marché colossal qui pourrait dépasser celui des Etats-Unis avant la fin de l’année. Actuellement, 11 villes y sont couvertes par le VTC californien avec un objectif d’en ajouter une cinquantaine de plus.

Uber exploite également ces levées de fonds pour investir dans les nouvelles technologies, au gré notamment d’opérations de croissance externe.

Mais si Uber est très prisée des investisseurs, c’est aussi que la société a commencé à générer des revenus : environ 2 milliards de revenus nets en 2015.

(Crédit photo : Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur