Levée de fonds : StarOfService se rêve en Uber des services pros

E-commerceEntrepriseLevées de fondsMarketingStart-up
starofservice-levee-fonds
3 6 Donnez votre avis

Au sortir d’un tour de table de 10 millions de dollars, StarOfService envisage un développement « à la Uber » pour sa place de marché de services pros.

« Construire une équipe sur les cinq continents », se « propulser au rang de leader mondial dans les deux prochaines années »… Ambitions affirmées pour StarOfService.

Si la start-up basée à Courbevoie (Hauts-de-Seine) regarde tant vers l’international, c’est qu’elle a bouclé un tour de table sans précédent. De 10 millions de dollars en l’occurrence, avec l’appui d’un bouquet de business angels et de plusieurs fonds d’investissement.

L’opération est marquée par l’entrée au capital d’Andrea Piccioni et de Silvio Pagliani, deux anciens d’eBay, cofondateurs de la plate-forme immobilière en ligne immobiliare.it et également à l’origine de la holding Real Web SA.

La société de capital-risque tchèque ENERN Investments, qui investit dans le e-commerce, les FinTech et les places de marché, met elle aussi ses billes dans la maison StarOfService.

Du côté du fonds Point Nine Capital, sis à Berlin, on remet au pot après avoir accompagné, l’année dernière, une levée d’amorçage de 1,1 million d’euros aux côtés de Kima Ventures (fonds de Xavier Niel), d’Oleg Tscheltzoff (Fotolia) et de Ralph Werner (ex-eBay). Une première impulsion avait été donnée en 2014 avec 400 000 euros injectés entre autres par Frédéric Mazzella, Francis Nappez et Damien Gruller, cofondateurs de BlaBlaCar.

Des biens aux services

CEO de StarOfService, qu’il a créé en association avec Toni Plaignant (ancien d’Orange) et Maël Leclair (passé par IBM), Lucas Lambertini rêve d’un déploiement « à la Uber », en « [faisant] avec les services ce qu’Amazon et eBay ont fait avec les biens ».

On retrouve effectivement le modèle de la place de marché, la start-up se positionnant comme intermédiaire pour la recherche de services de proximité et la mise en relation avec des professionnels de confiance.

Au départ est un questionnaire auquel le particulier répond en fonction des prestations qu’il recherche. StarOfService compare alors les professionnels susceptibles de correspondre au projet demandé et assure la transmission des propositions commerciales.

Il est précisé, dans les conditions générales de la plate-forme, que les prestataires de services doivent « avoir un statut juridique adapté » et avoir procédé à toutes les formalités obligatoires leur permettant d’exercer en toute légalité.

StarOfService ajoute se réserver le droit de supprimer les comptes de ceux qui « ne satisfont pas aux exigences de qualité », parmi lesquelles arriver à l’heure et « ne pas obtenir plus de 3 avis négatifs en un temps limité ».

Pokémon Go aussi

Pour accompagner une internationalisation qui a débuté avec l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne, l’Espagne et la Russie, StarOfService cherche à se différencier sur la profondeur de son catalogue. Il est, entre autres, prévu de lancer une offre pour le tournage de vidéos, tout comme il y a eu des experts Pokémon Go au moment où le jeu a explosé en popularité, comme le confie Lucas Lambertini aux Échos.

Outre la possibilité, pour les professionnels, de souscrire diverses options payantes leur permettant de se mettre en avant sur la plate-forme et de répondre plus efficacement aux demandes qui leur sont adressées (les réponses automatiques, par exemple), StarOfService se rémunère en prélevant une commission variable sur chaque mise en relation.

Le géant sur ce marché avec plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires (contre « 150 000 euros de recettes annuelles » pour StarOfService), s’appelle Thumbtack. Mais il n’est présent que sur le marché américain…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur