L’eVilla de Sony, un terminal Internet audacieux

Cloud
Information - news

Sony lance aux Etats-Unis son terminal eVilla. Processeur Geode, système d’exploitation signé Be, Opera comme navigateur, écran orienté “portrait” : avec ce terminal Internet, le japonais joue l’alternative. Pour 500 dollars (environ 3 800 francs) et un abonnement de 22 dollars par mois (environ 170 francs), les Américains pourront surfer indéfiniment et en toute simplicité. Un beau pari !

Internet c’est bien, mais un PC coûte cher et s’avère parfois compliqué à utiliser. La solution ? Les Internet appliances, comprenez “terminaux d’accès Internet” tels l’eVilla que Sony lance cette semaine aux Etats-Unis. Uniquement dédiés au Réseau des réseaux, simples d’emploi et peu chers, les Internet appliances constituent une alternative pour ceux qui ne sont pas des mordus d’informatique. Pourtant, le marché de ces PC simplifiés peine à se développer. On a vu les constructeurs proposer des solutions sans fil comme la tablette Internet d’Intel (voir édition du 27 février 2001) ou l’Audrey de 3Com (laquelle a d’ailleurs été abandonnée, voir édition du 26 mars 2001), mais l’eVilla de Sony est un terminal totalement indépendant qui se rapproche plus du Connected home touch pad de Gateway (voir édition du 13 novembre 2000) ou encore de la Dot.Station d’Intel, distribuée en Espagne (voir édition du 27 mars 2001).

Un écran en mode portrait

Malgré des points communs, l’eVilla de Sony ne ressemble à aucun autre. Tout d’abord par son aspect extérieur avec un écran retourné : le Trinitron 15 pouces est en effet orienté en mode portrait et non pas en mode paysage. Original ! Inédit aussi, le système d’exploitation développé par Be, la société du Français Jean-Louis Gassée qui édite le système d’exploitation BeOS. Ici, il s’agit de BeIA (pour Internet appliance), un pari pour une entreprise en petite forme (voir édition du 4 avril 2001). On notera aussi la présence de la version 4.0 d’Opera comme navigateur. Côté processeur, on trouve un nom qu’on n’a pas l’habitude de rencontrer : le Geode de National Semiconductor (voir édition du 16 juillet 1999). Sur l’eVilla, c’est un modèle développé pour les terminaux Internet, le GX1, qui est cadencé à 266 MHz et accompagné d’un circuit qui se charge de l’audio et de la vidéo, le CS5530A.

Logée dans l’écran à la manière d’un iMac, l’unité centrale est dotée de 64 Mo de Ram. En revanche, pas de disque dur mais l’eVilla possède un port pour Memory Sticks et supporte le branchement d’un lecteur Zip 100 ou 250 Mo de Iomega sur l’un des deux ports USB, l’autre étant réservé à une imprimante Epson ou Hewlett-Packard. On l’a compris, inutile d’espérer bidouiller son terminal, l’idée ici est de faire dans la simplicité d’utilisation pour un terminal uniquement dédié à Internet. L’accès au Web passe obligatoirement par le fournisseur d’accès Internet EarthLink auquel il faut verser 22 dollars par mois (environ 170 francs) pour un accès illimité en modem V90. Au final, Sony propose pour 500 dollars (environ 3 800 francs) un terminal Internet peu commun dont on est curieux de connaître la carrière, même si sa commercialisation en Europe ne semble pas à l’ordre du jour.

Pour en savoir plus :

Le site dédié à l’eVilla (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur