Licence 3G : Iliad/Free signe et persiste

Mobilité

Le groupe télécoms a officialisé sa candidature à la quatrième licence
mobile. Il maintient ses exigences vis-à-vis des modalités assouplies.

Iliad sera-t-il le seul candidat officiel pour l’attribution de la licence 3G ? La maison-mère du service d’accès Free vient de franchir le pas en déposant officiellement sa candidature pour décrocher la quatrième licence mobile auprès de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep). Sachant que les éventuels challengers ont jusqu’au mardi 31 juillet 2007 à midi pour déposer un dossier.

La liste des prétendants risque d’être réduite à Free uniquement. Les noms de Numericable et de Telecom Italia ont été évoqués mais ces opérateurs ont déclaré chacun de leur côté de se lancer en tant qu’opérateur mobile à réseau virtuel (MVNO). Le premier va s’associer avec Bouygues Telecom et on devrait connaître les intentions du second d’ici la fin de l’année. Des mouvements stratégiques qui paraissent incompatible avec une candidature à une licence 3G.

Iliad/Free justifie sa candidature au nom de sa volonté d’étendre ses services triple play (Internet haut débit, téléphone, télévision) à la téléphonie mobile. Le groupe télécoms met en avant trois atouts censés lui faciliter la tâche dans cette élargissement : la marque Free, sa base d’abonnés ADSL et son réseau en fibre optique. L’engagement de Free dans la 3G, s’il est entériné par le gouvernement et l’Arcep, devrait rendre le marché plus dynamique qu’il ne l’est actuellement.

Free sera fixé d’ici le deuxième trimestre 2008 au maximum

Mais ce n’est pas une surprise : Free est prêt à plonger dans la 3G sous certaines conditions énoncées depuis plusieurs semaines. En premier lieu, le groupe télécoms souhaite “un aménagement des modalités financières” sous la forme d’un paiement annuel échelonné de la partie fixe de la redevance (y compris les redevances d’occupation du domaine public).

Sur ce point, Iliad/Free se montre ferme : “l’éventuel paiement dès la délivrance de l’autorisation de la partie fixe de la redevance constitue une barrière à l’entrée sur le marché”. Rappelons que le montant de la licence atteint 619 millions d’euros. Le groupe télécoms apprécie aussi l’idée d’accéder aux bandes de fréquences 900 MHz “concomitamment aux fréquences 2.15 GHz”.

Il faudra se montrer patient avant que Free n’ouvre réellement ses services mobiles à ses abonnés. L’Arcep doit annoncer le nom du candidat retenu pour l’attribution “avant le 29 février 2008”. Le gouvernement aura ” jusqu’au 31 mars 2008″ pour déterminer les modalités financières liées à la délivrance de l’autorisation.

Même si Free mène seul la course et qu’il obtient le feu vert de l’Arcep, il pourrait finalement renoncer. Faute de consensus trouvé avec le gouvernement sur les conditions énoncées. La diplomatie dans les télécoms, voilà un exercice qui va être intéressant à suivre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur