Licence globale, interopérabilité, exclusivité…Le numéro un de Virgin Megastore répond

Mobilité
Information - news

Jean-Noël Reinhardt a commenté l’actualité chaude du secteur de la musique en ligne. Les sujets ne manquent pas.

Alors que le projet de loi sur le droit d’auteur (DADVSI) vient d’être adopté par l’Assemblée nationale lors d’un vote solennel, Jean-Noël Reinhardt, Président de Virgin Stores SA (qui exploite l’enseigne Virgin Megastore) et de VirginMega.fr, a enterré à sa manière la licence globale qui favorise l’idée d’un supplément tarifaire acollé aux offres d’accès haut débit permettant le libre partage des fichiers en ligne.

“On nous a fait croire qu’entre la licence globale et la piraterie, il n’y avait rien (?) Hors, en l’état actuel, un million de personnes téléchargent légalement en France”, explique le numéro de l’enseigne de produits culturels lors du point presse Virgin Megastore/VirginMega.fr qui s’est déroulé mercredi matin. Preuve à l’appui : les résultats de la plate-forme VirginMega qui affiche une part de marché de 30% sur le marché de la musique en ligne en France (voir article du jour).

Mais la licence globale donne des sueurs froides. Car, sur les trois premiers mois de l’année 2006, VirginMega.fr a enregistré une “baisse qui se remarque” du volume de téléchargements. Ce mauvais départ du premier trimestre 2006 s’expliquerait en partie par la “vision troublée” des consommateurs qui croyaient la licence globale acquise.

Une nouvelle lettre à Apple en cours de préparation

Sur le front de l’interopérabilité des fichiers quelle que soit la plate-forme de téléchargement, Jean-Noël Reinhardt rappelle qu’il avait écrit à Apple au printemps 2004 pour l’interpeller à ce sujet lors du lancement d’iTunes Music Store en France.

Mais la firme américaine lui avait opposé une fin de non-recevoir à l’époque. Le litige avait fait l’objet d’une saisine auprès du Conseil de la concurrence qui avait finalement débouté VirginMega.fr (voir édition du 9 novembre 2004).

Avec les débats liés au projet de loi DADVSI, le sujet de l’interopérabilité est revenu sous les feux de l’actualité. “Nous allons envoyer une deuxième lettre à Apple relative à cette question dans les semaines à venir”, affirme Jean-Noël Reinhardt. A force d’insister, Apple va peut-être finir par répondre.

Politique d’exclusivité : gare à une dérive à l’américaine

Le numéro un de Virgin Megastore est également revenu sur l’assignation visant VirginMega.fr émis fin 2005 par Warner Music France et France Télécom (voir édition du 15 novembre 2005).

Accusé de parasitisme, VirginMega.fr a provoqué une polémique en proposant en téléchargement le premier single issu du nouvel album de Madonna. Or ce titre faisait l’objet d’une exclusivité numérique pour sa sortie en France signée entre la maison de disques et l’opérateur télécoms.

“Ces méthodes se développent aux Etats-Unis avec des nouveaux titres qui bénéficient de deux mois d’exclusivité sur telle plate-forme. Nous condamnons ces pratiques qui pénalisent le consommateur final”, a déclaré en substance le PDG de l’enseigne de vente de produits culturels.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur