L’IEEE dessine les contours du “nouvel Internet”

Cloud

Le président de l’IEEE-USA a appelé de ses voeux le développement du protocole IPv6, socle de l’Internet de demain.

Les développeurs du “nouvel Internet” du 21e siècle devraient s’inspirer de l’exemple des visionnaires européens du siècle des Lumières, selon le président de l’IEEE-USA. Le Dr Ralph W. Wyndrum a déclaré que les développeurs devaient “favoriser le bien public en équilibrant les besoins des utilisateurs et de la société”.

Il a appelé de ses voeux le développement du nouveau protocole Internet connu sous le nom d’IPv6, qui permettra d’augmenter de façon exponentielle le nombre d’adresses IP attribuables sur le Web, en dressant la liste de ses avantages : simplification de la mobilité, réduction des coûts d’administration des réseaux et amélioration de leur efficacité générale.

Selon le Dr Wyndrum, IPv6 permettra de créer de nouveaux emplois et servira de tremplin à la nouvelle “killer web application”. Le président de l’IEEE-USA a cité en exemples l’Internet à la demande et le développement de nouveaux appareils à destination du grand public, notamment des appliances pouvant être contrôlées sur le Web.

IPv6 permet à n’importe quel appareil de posséder sa propre identité numérique. On pourra ainsi, par exemple, recevoir une notification aussitôt qu’une transaction est effectuée sur un compte bancaire, ce qui devrait contribuer à la transformation de l’e-commerce et des services bancaires en ligne.

Une transition “concertée et ordonnée” vers IPv6

Le Dr Wyndrum a déclaré que IPv6 était désormais un produit global et que d’autres nations que les Etats-Unis “travaillaient avec acharnement à la mutation vers le nouvel Internet”. Il estime cependant que les Etats-Unis doivent jouer un rôle de leader dans l’élaboration de standards pour ce nouveau protocole.

S’appuyant sur une récente étude de Frost & Sullivan selon laquelle l’Internet atteindra les limites de l’actuel protocole d’ici 2012, le président de l’EEE-USA a appelé à une transition “concertée et ordonnée” vers IPv6.

Le Dr Wyndrum a également rappelé aux membres de l’US Office of Management and Budget que tous les réseaux fédéraux américains devraient être en mesure d’envoyer et de recevoir des paquets IPv6 d’ici mi-2008 et que Lucent estimait qu’il lui faudrait trois années supplémentaires pour que ses applications mobiles grand public supportent le nouveau protocole.

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du 26 mai 2006)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur