Line : de la messagerie instantanée au hub numérique

Apps mobilesEntrepriseLevées de fondsMarketingMobilitéStart-up
line-messagerie-instantanee

Pour construire une offre de services autour de son application de messagerie instantanée, Line va investir dans des start-up du e-commerce et du divertissement numérique.

Un service de réservation de taxis sur WeChat, une fonction de transfert d’argent entre particuliers sur KakaoTalk : les éditeurs asiatiques actifs sur le segment de la messagerie instantanée cherchent à élargir leurs offres respectives pour diversifier leurs sources de revenus.

Le Japonais Line a adopté la même stratégie : au fil des mois, il ajoute des briques autour de son application lancée en juin 2011 juste après les catastrophes naturelles qui avaient frappé le pays (séisme et tsunami ayant entraîné un accident nucléaire).

A l’heure actuelle, le modèle économique se base sur trois éléments principaux : de petits jeux communautaires, un service de VoIP vers les fixes et les portables à l’international, ainsi que des “stickers”, icônes grand format dessinées pour chaque type de situation de la vie courante.

Exploité par une spin-off du groupe sud-coréen Naver Corporation (ex-NHN), Line est disponible en une vingtaine de langues avec 170 millions d’utilisateurs actifs revendiqués au dernier pointage d’octobre 2014. Il est accessible sur iOS, Android, BlackBerry, Windows Phone et Firefox OS.

L’expansion du service en Europe avait démarré avec l’Espagne. La version française avait fait ses débuts en septembre 2013, à l’heure où Line commençait à décliner ses activités sous l’angle BtoB en permettant notamment aux professionnels indépendants et entreprises de créer des “comptes officiels” (à l’instar des Pages sur Facebook) donnant accès à des fonctionnalités de marketing social.

Investir dans l’innovation

Ce développement géographique est aujourd’hui mis entre parenthèses au profit d’un enrichissement de l’expérience utilisateur. Au-delà de l’outil de communication, Line cherche à constituer un “hub numérique” qui concentre un maximum d’usages de la vie quotidienne.

Pour parvenir à cet objectif, tout ne sera pas développé en interne : Line réalisera des investissements stratégiques dans des sociétés qui proposent des services dans les domaines du e-commerce, du paiement électronique et du divertissement numérique. Un fonds doté de 5 milliards de yens (environ 35 millions d’euros) sera dédié à cet effet. Son nom : LINE Life Global Gateway.

Cette initiative va dans le sens des propos de Takeshi Idezawa. En octobre dernier, dans le cadre la conférence annuelle de Line, le COO de l’entreprise (investi depuis lors au poste de CEO) expliquait que l’application était vouée à devenir “plus qu’une simple alternative aux SMS”. Il avait ajouté que ces ambitions justifiaient pour partie le report d’une IPO qui devait initialement survenir avant la fin de l’année.

Line fournit peu d’éléments quant au fonctionnement de ce fonds, sinon que son activité s’étalera “sur dix ans à compter du 4 février 2015”. Comme le note TechCrunch, on peut considérer que dans les faits, les investissements ont déjà débuté : prise de participation dans l’éditeur japonais Gumi, rachat de MixRadio auprès de Microsoft (qui l’avait lui-même récupéré auprès de Nokia), etc.

A l’instar de ses rivaux WeChat (groupe Tencent) et de KakaoTalk, Line dispose d’une fonctionnalité de paiement électronique. Elle permet de connecter une carte de crédit à l’application et de payer chez les commerçants affiliés. Il est prévu d’y ajouter un outil de transfert d’argent entre utilisateurs.

Line explore aussi la livraison de produits frais, la géolocalisation en intérieur et la vidéo à la demande. Certains de ces services peuvent fonctionner de manière indépendante, mais il existe toujours des jonctions avec l’application principale, généralement au niveau du partage de contenus.

Crédit illustration : Julien Tromeur – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur