L’international, selon Apple

Cloud

Steve Jobs l’a dit mais l’annonce est passée presque inaperçue. MacOS X est 100 % international et les besoins de localisation seront supprimés !

Toujours dans la volonté de réduire le temps de développement et de localisation des systèmes pour les divers pays (et du même coup économiser de l’argent), Steve Jobs a précisé à Tokyo que MacOS X sera un système capable de se localiser ”à la volée”. Explications.

Pour bien comprendre cette fonction inédite dans un système d’exploitation, il faut remonter aux sources. En règle générale, un délai de plusieurs semaines, voire plusieurs mois, est souvent nécessaire entre la sortie d’un MacOS américain et de sa version francisée. A quoi sert cette localisation ? Tout simplement à traduire tous les menus, applications, extensions, aides, fenêtres, boutons, bref toutes les interfaces dans une langue donnée. Cette tâche est souvent longue et fastidieuse. Dans une application MacOS, cette tâche est déjà relativement aisée, mais elle alourdit considérablement les applications. Car il faut bien souvent doubler les ressources et les interfaces et adapter les codes en conséquence.

MacOS X, lui, y parvient tout seul, d’un simple clic de souris, au gré de l’utilisateur. Pour mieux comprendre, prenons l’exemple d’une application. Quand on crée une application Cocoa (un ensemble de librairies de développement directement issu de NextStep), l’environnement de développement créé automatiquement un dossier localisation. C’est là que les interfaces localisées (anglaise, française, allemande etc.) sont placées. Il suffit ensuite, dans le code de l’application, de charger telle ou telle interface. Si la langue du système est l’anglais, l’interface chargée sera anglaise, idem pour le système français. Bref, dès le départ, le développeur inclut la localisation de son application. Le même principe réside dans le système MacOS X. Lorsque l’utilisateur choisit le français comme langue par défaut, le système charge toute l’interface française. NextStep proposait déjà cela, principe partiellement repris dans MacOS X Server.

Pour les utilisateurs, le premier avantage est de ne plus avoir à attendre les localisations. Le système est disponible immédiatement dans le monde entier. Pour Apple, si le procédé entraîne des tests et du travail supplémentaire, le bénéfice est tout de même indéniable. Disponibilité immédiate partout, mise à jour facilitée, réduction des coûts de localisation. MacOS X sera le seul système grand public à pouvoir offrir une telle fonction.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur