L’Internet plébiscité même par les non-internautes

Cloud
Information - news

En cinq ans, Internet est à ce point entré dans les moeurs qu’il fait désormais partie des usages quotidiens. L’étude dressée par Ipsos Médiangles pour MSN France révèle l’intérêt que même les non-internautes portent à ce nouveau média.

Fort de ses 5,24 millions de visiteurs mensuels, MSN profite de la Fête de l’Internet pour nous gratifier d’une énième étude sur le profil des internautes en France. Réalisée avec l’institut Ipsos Médiangles, l’enquête porte à la fois sur une approche quantitative (50 000 réponses via le Net) et qualitative (700 internautes et non-internautes interviewés par téléphone et 10 entretiens de visu). Il en ressort avant tout que, selon les cas, les non-internautes n’hésitent pas à accorder l’avantage au Net. Ainsi, 27 % des non-internautes pensent qu’Internet est le moyen le plus adapté pour faire parvenir des photos à des personnes éloignées (68 % des internautes). “Internet est moins médiatique mais plus systématique qu’il y a quelques années”, estime Louis Rougier, directeur général de Ipsos Médiangles. “En cinq ans, le Net a pris une place que certains médias ont mis vingt ans à conquérir”, renchérit Grégory Salinger, directeur de MSN France.

Les résultats de l’étude rejoignent sans surprise les constatations de l’association des fournisseurs d’accès français (voir édition du 18 mars 2003) et de l’Autorité de régulation des télécoms (voir édition du 19 mars 2003) : Internet se démocratise et s’installe dans la vie quotidienne auprès des autres médias habituels (presse, radio, télévision, téléphone…). Surtout, “il n’y a pas de retour en arrière”, constate Louis Rougier. Quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer. Et chacun l’utilise selon ses besoins propres. “Parler d’un internaute moyen n’a plus de sens aujourd’hui”, estime le porte-parole d’Ipsos Médiangles.

Les grands usages du Net

On distingue notamment quatre grands usages : le lien social (stimulé par le courrier électronique et la messagerie), le shopping (qui permet de consommer en ligne mais aussi de mieux s’informer avant d’acheter dans des magasins physiques), l’accès à l’information et aux services pratiques (immédiateté de l’information, aspect encyclopédique du média), et les loisirs numériques (musique, vidéo, jeux… stimulés par le haut débit). Autant de services qui font d’Internet le 5e média en termes de recettes publicitaires (12 millions d’euros au 1er semestre 2002), derrière la télévision (19 millions) mais devant le cinéma (7 millions). Selon MSN, l’internaute consomme plutôt plus que la moyenne.

Le coeur des internautes est désormais représenté par les 25-49 ans tandis que les 50-64 ans affichent la plus forte progression. Arrivés à saturation, les 15-25 ans se stabilisent tandis que les 64 ans et plus ont une approche encore timide du Réseau. Et la parité des sexes tend à s’équilibrer avec 52 % d’internautes masculins contre 48 % de femmes. Si Internet est entré dans les usages de la vie quotidienne, son développement devrait se poursuivre via les services de mobilité, le télétravail ou la formation en ligne… et le haut débit. Toujours selon l’étude, les internautes équipés d’une connexion ADSL ou câble passent en moyenne deux fois plus de temps que leurs homologues limités au bas débit. Au détriment de quels autres médias ? L’étude ne le dit pas.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur