Linux : Asianux va devenir une entreprise

Cloud

Les trois entreprises à l’origine d’une distribution asiatique de Linux, vont créer une co-entreprise pour soutenir le développement de leur système.

La distribution asiatique de Linux Asianux a vu le jour en janvier 2004, sous l’égide de deux entreprises : le chinois Red Flag et le japonais Miracle Linux (une société détenue à hauteur de 58,5 % par la filiale nippone d’Oracle). Ils ont été rejoints par le groupe sud-coréen Haansoft en octobre 2004. Depuis cette date, chaque partenaire participe au développement d’une distribution Linux commune, qu’il revend sous sa marque dans son propre pays (Red Flag 5 Family, Miracle Linux V4.0 et Haansoft Linux 2005).

Selon un récent communiqué financier d’Haansoft, qui confirme des révélations faites en septembre dernier par le directeur général de Red Flag, les trois membres du consortium s’apprêtent à lancer, courant avril, une co-entreprise chargée de coordonner les activités de développement de leur OS et d’améliorer sa diffusion dans d’autres pays d’Asie. Leur investissement initial dans ce projet s’élèvera à 200 000 dollars.

S’émanciper de Microsoft

Cette nouvelle entité sera implantée à Pékin. Elle s’appellera AsiaNux Corp et sera détenue à hauteur de 50% par Red Flag. Haansoft et Miracle Linux se partageront les 50% restants du capital.

Répondant initialement au souci des gouvernements japonais, chinois et sud-coréen de s’émanciper du groupe Microsoft (voir édition du 5 septembre 2003), Asianux a enregistré 30 000 téléchargements pour sa version 1.0, apparue en juin 2004. Sa deuxième mouture, sortie en août 2005, est disponible dans quatre langues (anglais, coréen, chinois et japonais). Pour son développement, le consortium a en outre bénéficié du soutien de noms prestigieux de l’informatique, parmi lesquels Dell, Intel et Oracle.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur